Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

Afrique

Rif : après huit mois de contestation, la police marocaine se retire progressivement à Al-Hoceïma

© Fadel Senna, AFP | Policiers et manifestants se font face, à Al-Hoceima, le 29 mai 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2017

Les forces de l'ordre ont entamé un retrait "progressif" de lieux publics symboliques d'Al-Hoceïma et d'Imzouren. La région du Rif est en proie depuis huit mois à un mouvement de contestation populaire dont les principaux leaders ont été arrêtés.

Au Maroc, les policiers déployés depuis des semaines dans le centre des villes d'Al-Hoceïma et d'Imzouren, épicentres du mouvement revendiquant le développement de la région du Rif, ont entamé un retrait progressif lundi 3 juillet, a annoncé le nouveau gouverneur de la province, Fouad Chourak. Ce dernier a précisé que ce retrait avait été décidé sur les "directives" du roi Mohammed VI pour "garantir les libertés".

Selon un habitant, la place centrale d'Al-Hoceïma a retrouvé son visage des jours ordinaires, sans les escouades de policiers déployées en masse ces dernières semaines dans cette ville d'environ 60 000 habitants.

>> À lire sur Franece 24 : "Tensions dans le Rif : 'le Maroc fait face à un désespoir social et économique' "

Les principaux meneurs de la contestation dans le Rif, dont son leader Nasser Zefzafi, ont été arrêtés fin mai, accusés pour certains de lourdes charges. Mais les manifestations quasi-quotidiennes ont continué depuis, avec des heurts fréquents avec les forces de l'ordre, et de violents affrontements le 26 juin.

"Mauvais traitements"

Outre un développement de leur région enclavée, les manifestants réclament désormais en priorité la "libération des détenus". Une centaine de personnes a été placée en détention préventive. Des condamnations allant jusqu'à dix-huit mois de prison ont été prononcées envers 40 détenus, et 18 autres sont poursuivis, et en liberté provisoire, selon les derniers chiffres officiels.

La presse marocaine a par ailleurs diffusé de premiers extraits d'un rapport très attendu du Conseil national des droits de l'homme (CNDH), un organisme officiel, sur les évènements d'Al-Hoceïma.

Ces notes, établies par deux médecins experts et que l'AFP a pu consulter, rapportent des "mauvais traitements" décrits par les prisonniers et concluent à des "suspicions légitimes sur la violation" de leurs droits et un possible recours à "des faits de torture".

La mort d'un vendeur de poissons fin octobre, broyé par une benne à ordures en voulant récupérer sa marchandise saisie, est à l'origine de cette vague d'indignation et de ces nombreuses manifestations.

Avec AFP

Première publication : 05/07/2017

  • MAROC

    Maroc : nouveaux heurts dans le Rif le jour de l'Aïd el-Fitr

    En savoir plus

  • MAROC

    Programme de développement dans le Rif : Mohammed VI recadre le gouvernement

    En savoir plus

  • MAROC

    Maroc : un policier français accusé d'avoir fourni des fiches S à Rabat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)