Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Moyen-Orient

Recep Tayyip Erdogan s'en prend à l'Allemagne dans une interview exclusive pour France 24

© Capture d'écran France 24 | Le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors de son interview exclusive pour France 24, le 5 juillet 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2017

Dans une interview exclusive à France 24, le président turc Recep Tayyip Erdogan a fustigé l'Allemagne et considéré que l'Europe avait injustement critiqué la Turquie, notamment après la tentative de coup d'État de juillet 2016. Extrait.

Le chef d’État turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé dans un entretien exclusif à France 24, diffusé mercredi 5 juillet à 23 h 30, n’éprouver aucun regret pour avoir comparé l’Allemagne au régime nazi au mois de mars. Il reproche notamment à Berlin de lui avoir interdit de s'adresser à la communauté turco-allemande et de l'avoir empêché de venir avec ses gardes du corps au sommet du G20 à Hambourg.

Il a ajouté que l’Europe avait été injuste dans sa critique de la Turquie et a rejeté les accusations de ceux qui pensent que le coup d’État manqué de juillet 2016 lui a servi de prétexte pour organiser une purge de ses dissidents. Il a indiqué à France 24 qu’il avait autorisé la "Marche pour la Justice", à condition toutefois qu’elle ne soit pas émaillée de violences. Cette marche, organisée à l'appel de la principale formation d'opposition, est partie le 15 juin d'Ankara pour rejoindre Istanbul.

À propos de la crise syrienne, Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie serait prête à intervenir dans le nord, afin d’y repousser les forces kurdes syriennes, armées par les États-Unis mais considéréee comme une organisation terroriste par les turcs. Une zone tampon sera bientôt créée par les forces turques et russes dans la région, a-t-il ajouté.

Un referendum sur l’indépendance du Kurdistan iranien viendrait mettre en péril l’intégrité territoriale de l’Irak, a enfin prévenu le président turc.

Extrait (en anglais) de l'interview diffusée mercredi 5 juillet à 23 h 30 sur France 24 :

En attendant la diffusion en Français à 23h33, retrouvez un extrait en anglais de l'entretien avec Recep Tayyip Erdogan sur France 24 :

Première publication : 05/07/2017

  • FRANCE

    Ahmet Ogras, un Franco-Turc proche de l'AKP, prend la tête du CFCM

    En savoir plus

  • QATAR

    Crise du Golfe : le président Erdogan ne lâche pas son allié stratégique qatari

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Violences à Washington : 12 gardes du président turc visés par un mandat d'arrêt

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)