Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

Le couteau, nouvelle arme de prédilection des gangs londoniens

En savoir plus

Moyen-Orient

Recep Tayyip Erdogan s'en prend à l'Allemagne dans une interview exclusive pour France 24

© Capture d'écran France 24 | Le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors de son interview exclusive pour France 24, le 5 juillet 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/07/2017

Dans une interview exclusive à France 24, le président turc Recep Tayyip Erdogan a fustigé l'Allemagne et considéré que l'Europe avait injustement critiqué la Turquie, notamment après la tentative de coup d'État de juillet 2016. Extrait.

Le chef d’État turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé dans un entretien exclusif à France 24, diffusé mercredi 5 juillet à 23 h 30, n’éprouver aucun regret pour avoir comparé l’Allemagne au régime nazi au mois de mars. Il reproche notamment à Berlin de lui avoir interdit de s'adresser à la communauté turco-allemande et de l'avoir empêché de venir avec ses gardes du corps au sommet du G20 à Hambourg.

Il a ajouté que l’Europe avait été injuste dans sa critique de la Turquie et a rejeté les accusations de ceux qui pensent que le coup d’État manqué de juillet 2016 lui a servi de prétexte pour organiser une purge de ses dissidents. Il a indiqué à France 24 qu’il avait autorisé la "Marche pour la Justice", à condition toutefois qu’elle ne soit pas émaillée de violences. Cette marche, organisée à l'appel de la principale formation d'opposition, est partie le 15 juin d'Ankara pour rejoindre Istanbul.

À propos de la crise syrienne, Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie serait prête à intervenir dans le nord, afin d’y repousser les forces kurdes syriennes, armées par les États-Unis mais considéréee comme une organisation terroriste par les turcs. Une zone tampon sera bientôt créée par les forces turques et russes dans la région, a-t-il ajouté.

Un referendum sur l’indépendance du Kurdistan iranien viendrait mettre en péril l’intégrité territoriale de l’Irak, a enfin prévenu le président turc.

Extrait (en anglais) de l'interview diffusée mercredi 5 juillet à 23 h 30 sur France 24 :

En attendant la diffusion en Français à 23h33, retrouvez un extrait en anglais de l'entretien avec Recep Tayyip Erdogan sur France 24 :

Première publication : 05/07/2017

  • TURQUIE

    Violences à Washington : 12 gardes du président turc visés par un mandat d'arrêt

    En savoir plus

  • QATAR

    Crise du Golfe : le président Erdogan ne lâche pas son allié stratégique qatari

    En savoir plus

  • FRANCE

    Ahmet Ogras, un Franco-Turc proche de l'AKP, prend la tête du CFCM

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)