Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte : "Dire la vérité est un acte citoyen"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

G5 Sahel : l’ONU prête à s’engager auprès des forces africaines dans la lutte antiterroriste ?

En savoir plus

FRANCE

"Biens mal acquis" : retour sur le procès inédit de Teodorin Obiang à Paris

© Jérôme Leroy, AFP | Le vice-président équato-guinéen, Teodorin Obiang, à Malabo, le 25 juin 2013.

Texte par Florence RICHARD

Dernière modification : 07/07/2017

Fin d'un procès inédit à Paris, celui des "biens mal acquis". Le fils du président équato-guinéen, Teodorin Obiang, risque jusqu'à trois ans de prison. Le tribunal correctionnel de Paris rendra son jugement fin octobre.

Pendant près de 3 semaines, Teodorin Obiang, fils du président équato-guinéen, était jugé devant le tribunal correctionnel de Paris pour la constitution frauduleuse présumée de son patrimoine en France. Ce premier procès, qui se tenait dans le cadre de l'affaire des "biens mal acquis », s’est achevé le 6 juillet. Le jugement est attendu le 27 octobre.

Qui est Teodorin Obiang ?

Teodorin Obiang
est le fils aîné du président de Guinée-équatoriale, Teodoro Obiang. Né en 1969, il a dix ans quand son père renverse son oncle, le dictateur loufoque, sanguinaire et rétrograde Francisco Macias Nguema. Dans les années 80, il va suivre une partie de sa scolarité en France, en Normandie, avant de rentrer au pays.

Ancien ministre de l'Agriculture et des Forêts, il a été promu en juin dernier vice-président par son père. Ce dernier est le doyen, par la longévité au pouvoir, des chefs d'État africains. Il a été réélu en 2016 avec 93,7 % des voix.

Que lui reproche-t-on ?

Teodorin Obiang comparaissait depuis le 19 juin devant le tribunal correctionnel de Paris pour blanchiment d'abus de biens sociaux, détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption. L'affaire est connue sous le nom des "biens mal acquis"

>> À lire : "Biens mal acquis" : la fille et le gendre de Denis Sassou Nguesso mis en examen

L'enquête, ouverte après des plaintes des associations Sherpa et Transparency International en 2008, a mis au jour le patrimoine considérable du vice-président : immeuble luxueux et immense sur l’avenue Foch, une des plus huppées de Paris, estimé à 107 millions d'euros ; voitures de luxe et de sport (Porsche, Ferrari, Bentley, Bugatti) ; collections d'œuvres d'art, de bijoux et de vêtements de marque. Au terme de l'instruction, les juges ont estimé que ce patrimoine ne pouvait avoir été financé par les seuls revenus officiels de Teodorin Obiang, mais était issu "des détournements de fonds publics" et de la corruption.

Que risque-t-il ?

Trois ans de prison, 30 millions d'euros d'amende et la confiscation de biens dépassant largement les 100 millions d'euros – dont l'immeuble de l’avenue Foch – ont été requis, mercredi 5 juillet, par le parquet national financier. Dans son réquisitoire, le représentant du parquet national financier, Jean-Yves Lourgouilloux, a regretté l'absence du prévenu à son procès et a estimé qu'une expertise psychologique "aurait permis d'apprendre beaucoup de choses" sur un prévenu qui est "manifestement" dans la "toute puissance" et a "du mal à accepter la frustration". Le tribunal correctionnel de Paris rendra son jugement le 27 octobre.

Que dit la défense ?

Me Emmanuel Marsigny, l'avocat de Teodorin Obiang, a dénoncé jeudi, au dernier jour du procès, une "ingérence dans les affaires d'un État souverain". Savoir si ce que M. Obiang a fait "est légal dans son pays, on s'en moque !" a-t-il dénoncé. Selon lui, "juger comme si les faits commis dans son pays l'avaient été sur le territoire français constitue immanquablement et incontestablement une ingérence dans les affaires d'un État souverain". Aux yeux de l'avocat, c'est une "sorte de compétence de juridiction universelle qui est donnée à la justice française", soulignant que "dans son pays", Teodorin Obiang a "le droit" d'être ministre et de passer des contrats. Il a en outre dénoncé une "campagne de diabolisation pendant les débats".

Quels sont les faits marquants de ce procès ?

Le procès a été marqué par le témoignage de Simon Mann, mercenaire britannique de 69 ans qui a accusé William Bourdon, avocat des parties civiles, d’avoir voulu renverser le régime. Ce dernier a annoncé son intention de déposer plainte pour diffamation et usage de faux. Cette même journée, entrepreneurs et journalistes ont défilé à la barre et évoqué la répression et le régne de la "kleptocratie" et la "corruption" en Guinée équatoriale.

>> À lire : accusations fracassantes de la défense contre l'avocat des parties civiles

 

Première publication : 07/07/2017

  • FRANCE

    "Biens mal acquis" : trois ans de prison requis contre Teodorin Obiang

    En savoir plus

  • FRANCE

    Procès Obiang : accusations fracassantes de la défense contre l'avocat des parties civiles

    En savoir plus

  • PROCÈS

    Vidéo : l'incroyable patrimoine de Teodorin Obiang

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)