Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ?

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : Les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'art de perdre, d'Alice Zeniter

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit: "si tu reviens, j'annule tout ?"

En savoir plus

FOCUS

Italie : vers l'autonomie de la Lombardie et de la Vénitie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, Sarkozy, les policiers et le football"

En savoir plus

EUROPE

G20 : retour au calme à Hambourg après une journée de violences entre manifestants et policiers

© Christof Stache, AFP | Un contestataire encagoulé, le 7 juillet, à Hambourg.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/07/2017

Des heurts violents entre les opposants au G20 et les forces de l'ordre se sont poursuivis dans la nuit de vendredi à samedi. La police n’a réussi à rétablir l'ordre que très tôt samedi. En deux jours, près de 200 policiers ont été blessés.

La police allemande n’a repris le contrôle de la situation qu’au petit jour, samedi 8 juillet, après une journée et une nuit émaillées de violences, à Hambourg, en marge du G20 : incendies de véhicules, vitrines de banques cassées et projectiles lancés sur les 15 000 policiers déployés dans la ville.

Près de 200 policiers blessés

La police a poursuivi des activistes anticapitalistes masqués du mouvement Black Bloc jusque tard dans la nuit. Quelque 197 policiers ont été blessés en deux jours de manifestations, pour la plupart légèrement. Dix-neuf personnes ont été placées en détention et plusieurs dizaines d'autres interpellées. Au total, il y aurait 100 000 contestataires, mais seule une petite partie est impliquée dans les affrontements.

Dans la banlieue de Hambourg, la police a dispersé un rassemblement de 200 militants masqués et interpellé 59 personnes. Quatorze d'entre elles ont été hospitalisées, on ignore si leurs blessures ont été causées par leur fuite au-dessus des barricades ou dans des affrontements avec la police.

Du fait de l'important dispositif de sécurité déployé autour du Palais des congrès, où se déroulait le sommet, les manifestants se sont dispersés un peu partout, ce qui a contraint les forces de l'ordre à demander 900 à 1 000 hommes de plus, selon Ralf Martin, chef de la police de Hambourg.

"Les manifestations violences mettent des vies humaines en danger"

Les participants au sommet du G20 ont salué le travail des forces de l'ordre mais noté qu'ils avaient rarement vu des manifestants de si près à un sommet de cette importance. Alors qu'ils étaient réunis à la Philharmonie de l'Elbe pour un concert de musique classique, des manifestants ont diffusé à plein volume des morceaux de Jimi Hendrix.

En dépit des troubles, le sommet a suivi son cours largement comme prévu, quoique certains agendas aient cependant dû être modifiés à la marge. "Je comprends totalement les manifestations pacifiques mais les manifestations violentes mettent des vies humaines en danger", a déclaré Angela Merkel, native de Hambourg, dans la soirée.

Les manifestations ont entraîné en outre des retards dans les bus affrêtés pour les participants au dîner officiel de vendredi soir.

Avec AFP

Première publication : 08/07/2017

  • SOMMET DU G20

    Deuxième journée de violences à Hambourg en marge du G20

    En savoir plus

  • ALLEMAGNE

    Des manifestations anti-G20 tournent à l'affrontement à Hambourg

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Avant le G20, Donald Trump se pose en défenseur de la "civilisation occidentale"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)