Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Comment tout pourrait mal tourner pour Angela Merkel"

En savoir plus

MODE

Barcelone, nouvel eldorado de la création européenne

En savoir plus

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du Code du travail : les ordonnances présentées en Conseil des ministres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crise au FN : "L'impossible existence des numéros deux"

En savoir plus

LE DÉBAT

La Catalogne en instance de divorce avec l’Espagne ? (partie 1)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le bras de fer entre Madrid et la Catalogne fait réagir la toile

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : le risque de la radicalisation

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Crise des Rohingya : "Qu'ils nous laissent entrer", plaide le Haut-Commissaire aux droits de l'Homme

En savoir plus

Afrique

Retour de Wade, Khalifa Sall en prison : la campagne des législatives s'ouvre au Sénégal

© Seyllou, AFP | Une affiche de campagne d'Abdoulaye Wade, le 9 juin 2017, à Dakar.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2017

La campagne électorale pour les législatives sénégalaises du 30 juillet a débuté dimanche. Parmi la pléthore de listes, celles de l’ex-président Abdoulaye Wade, 91 ans, et du maire de Dakar, en prison pour détournement présumé de fonds publics.

Depuis dimanche 9 juillet, le Sénégal est en campagne pour les élections législatives du 30 juillet. Parmi les nombreuses listes de candidats, l’une est dirigée par l'ex-président Abdoulaye Wade qui, à 91 ans, conduit une liste d’opposition.

En séjour depuis plusieurs mois en France, il était attendu à Dakar lundi après-midi, selon le Parti démocratique sénégalais (PDS), la formation dont il est toujours le chef.

Khalifa Sall, maire de Dakar emprisonné depuis mars pour détournement présumé de fonds publics, mènera lui aussi une liste d’opposition. Ses avocats ont saisi la justice pour demander que lui soit accordée une liberté provisoire pour lui permettre de faire campagne.

Accusé d’avoir effectué des dépenses "non justifiées" de plus de 2,7 millions d'euros sur plusieurs années, l’édile est néanmoins un adversaire sérieux pour Macky Sall, au pouvoir depuis 2012.

L’opposition veut une cohabitation

Un enjeu des législatives du 30 juillet est, pour le camp du pouvoir, de tester sa représentativité en vue de la présidentielle de 2019, en faisant valoir les réalisations du président Sall dans les domaines économique, social et des infrastructures notamment, selon des observateurs.

L'opposition, qui a échoué à s'unir pour présenter une liste formée de ses principaux chefs, veut gagner ces législatives pour "imposer une cohabitation" au président Sall, selon ses responsables.

Le scrutin du 30 juillet vise à renouveler l'Assemblée nationale, dont le nombre de sièges va passer de 150 à 165, après une révision constitutionnelle adoptée en mars 2016 et créant 15 députés pour représenter la diaspora sénégalaise. La campagne s'achèvera le 28 juillet.

Avec AFP
 

Première publication : 10/07/2017

  • SÉNÉGAL

    Sénégal : quatre jeunes en prison pour un photomontage jugé offensant pour le président

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Sénégal : deux Marocains et un Nigérian "présumés terroristes" arrêtés à Dakar

    En savoir plus

  • AFRIQUE

    Une plateforme créée pour protéger les lanceurs d'alerte en Afrique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)