Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : scènes de liesse à Harare après la démission de Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

Afrique

La Zambie vers l'état d'urgence, l'opposition craint pour la démocratie

© Dawood Salim, AFP | Le président Edgar Lungu en septembre 2016 à Lusaka, en Zambie.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/07/2017

L'annonce de l'instauration de l'état d'urgence en Zambie, qui doit être approuvé au Parlement, a ouvert une crise politique. L'opposition dénonce une dérive autoritaire. L'association des églises chrétiennes parle d'un glissement vers la dictature.

La Zambie est-elle en voie d'autocratisation ? C'est ce que redoute le principal parti d'opposition qui a accusé, lundi 10 juillet, le président Edgar Lungu de "tuer la démocratie" après avoir invoqué la semaine dernière "l'état d'urgence".

Le chef de l’État a donné à la police des pouvoirs accrus à la suite d'une série d'incendies criminels. Le Parlement, où le parti présidentiel du Front patriotique (PF) dispose de la majorité, doit cette semaine formellement approuver cette mesure d'exception.

La décision d’Edgar Lungu "constitue un abus de pouvoir destiné à faire taire les critiques et tuer la démocratie", estime Geoffrey Mwamba, le vice-président du Parti uni pour le développement national, l'UPDN, principal parti d’opposition. "Il est évident que son action (...) vise à renforcer la dictature", selon lui.

Geoffrey Mwamba a également nié toute implication de son parti dans les récents incendies, dont celui qui a ravagé le principal marché de Lusaka la semaine dernière, jugeant "choquant que le chef de l'État accuse l'opposition d'être derrière ces incendies criminels, affirmant qu'ils sont destinés à le contraindre (...) à former un gouvernement d'union nationale".

La Zambie, petit pays d'Afrique australe, a connu une relative stabilité jusqu'aux élections d'août 2016, marquées par plusieurs incidents violents entre partisans politiques rivaux. Edgar Lungu a remporté de justesse ce scrutin, devançant le chef de l'UPND, Hakainde Hichilema, de seulement 100 000 voix.

>> À lire : La révolution agricole comme réponse à la crise minière

Ce dernier est détenu depuis avril pour avoir tenté d'entraver le passage du convoi présidentiel. Il est poursuivi pour trahison, un crime passible de la peine de mort. Il a demandé lundi "sa libération rapide".

Des responsables religieux ont aussi dénoncé l'attitude du président Lungu. "Le pays glisse vers la dictature. Simplement à cause d'un incendie sur un marché on déclare l'état d'urgence ? Non, je vous en prie", a réagi l'évêque Simon Chihana, président de l'association internationale des églises chrétiennes.

"Pourquoi s'être précipité à invoquer l'état d'urgence avant même que les enquêtes (sur les incendies) soient conclues ?", s'est-il encore interrogé, estimant que le président Lungu "pensait uniquement à son emprise continue sur le pouvoir" et non pas au "bien-être de la Zambie".

Avec AFP
 

Première publication : 10/07/2017

  • AFRIQUE

    "Dirty Diesel" : des négociants suisses accusés de vendre des carburants toxiques en Afrique

    En savoir plus

  • ZAMBIE

    Zambie : le président sortant réélu dès le premier tour, son rival conteste les résultats

    En savoir plus

  • ZAMBIE

    Présidentielle : la Zambie se rend aux urnes dans un climat de tension

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)