Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"La bataille des sexes" : l’égalité homme-femme en jeu

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le sort incertain des militaires transgenres

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chancelière ch. partenaire, et plus si affinités"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement américain tente de bloquer la fusion AT&T - Warner Bros

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La chancelière chancelle"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Allemagne : le crépuscule d'Angela Merkel ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Robert Mugabe lâché par son parti

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Allemagne : fin du règne pour l'indéboulonnable Merkel ? (partie 1)

En savoir plus

Amériques

Trump Jr. affirme n'avoir pas parlé à son père de sa rencontre avec une avocate russe

© Robyn Beck, AFP | Donald Trump Jr.

Vidéo par Julie CHOUTEAU

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/07/2017

Le fils aîné de Donald Trump a admis, mardi, avoir volontairement rencontré l'an dernier une avocate présentée comme émissaire du gouvernement russe. Il assure cependant qu'il n'avait pas parlé à son père de cette rencontre.

Lors d'une interview accordée à la chaîne Fox News, Donald Trump Jr., le fils aîné du président américain, a assuré, mardi 11 juillet, qu'il n'avait pas parlé à son père de sa rencontre avec une avocate russe qui lui avait été présentée comme détentrice d'informations compromettantes sur Hillary Clinton.

"Non, ce n'était rien, il n'y avait rien à rapporter", a-t-il insisté. Il a rencontré l'avocate, Natalia Veselnitskaya, le 9 juin 2016 à la Trump Tower, après qu'un intermédiaire lui a dit qu'elle pourrait transmettre des informations du gouvernement russe sur la candidate démocrate à la Maison Blanche.

"Je ne savais pas qui j'allais rencontré, je ne la connaissais pas auparavant".

"Je ne m'en serais même pas souvenu si vous n'aviez pas commencé à fouiller là-dedans. C'était vraiment 20 minutes de gâchées, vraiment dommage", a-t-il expliqué sur Fox News. "Honnêtement, je me disais que quelqu'un avait des informations sur notre adversaire", a-t-il expliqué. "Les choses vont à un million de kilomètres heure (...). C'est peut-être quelque chose qu'il faut que j'écoute", a-t-il dit, en arguant que l'avocate avait peut-être des preuves sur des "histoires" qui n'avaient pas été assez couvertes.

Mais il a reconnu qu'"avec le recul, je ferais probablement les choses un peu différemment", sans dire comment.

"Je suis plus qu'heureux d'être transparent et de coopérer avec tout le monde", a déclaré Donald Trump Jr sur Fox News.

La défense du fils Trump

Un peu plus tôt, Donald Trump Jr. avait admis avoir volontairement rencontré cette avocate. Leur entrevue avait pour but de récolter des informations compromettantes sur la candidate démocrate à l’élection présidentielle, Hillary Clinton.

Le fils aîné du président américain a publié sur Twitter quatre pages de conversation avec Rob Goldstone, un intermédiaire britannique. Ce dernier, en contact avec le Kremlin, est également l’agent du chanteur russe Emin Agalarov, dont la famille connaît bien celle de Donald Trump.

Dans un email daté du 3 juin 2016, il informe Trump Jr. que le procureur général de Russie a proposé au père d'Emin Agalarov de "donner à l'équipe de campagne de Trump des informations et documents officiels qui incrimineraient Hillary et ses transactions avec la Russie [...]".

"Si c'est ce que vous dites, j'adore (l'idée), surtout plus tard cet été", a répondu Donald Jr. 17 minutes plus tard.

Rencontre à Manhattan

S'ensuivent des échanges pour tenter de caler d'abord une conversation téléphonique entre Emin Agalarov et Donald Jr., puis un rendez-vous, le 9 juin 2016 à la Trump Tower, avec une femme venue de Moscou et présentée comme "avocate du gouvernement russe", Natalia Veselnitskaya. La rencontre a bien eu lieu à Manhattan, au 25e étage de l'immeuble, en compagnie du gendre du milliardaire, Jared Kushner, et de son directeur de campagne, Paul Manafort.

Ces échanges, les premiers qui établissent un contact direct entre Moscou et l’équipe de campagne de Donald Trump, ont provoqué l’émoi à Washington. Le fils Trump, qui codirige avec son frère le groupe familial et fut un conseiller omniprésent de son père lors de la campagne, devrait être appelé rapidement à s'expliquer sous serment devant le Congrès.

Avec AFP
 

Première publication : 12/07/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Trump contre CNN : les trolls d'extrême droite menacent les journalistes

    En savoir plus

  • G20

    Trump–Poutine : une poignée de main en attendant les sujets qui fâchent

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Pentagone et Silicon Valley main dans la main pour mieux épier la Corée du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)