Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : 14 Casques bleus tués dans le Nord-Kivu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Eloge funèbre d'Emmanuel Macron : un hymne à Jean d'Ormesson et à la littérature

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc causée par la décision de Donald Trump ? (Partie 1)

En savoir plus

Pas 2 Quartier

La punchline est dans le pré

En savoir plus

Asie - pacifique

Le dissident chinois Liu Xiaobo, prix Nobel de la paix, est mort

© AFP | Le dissident chinois Liu Xiaobo, en 2008.

Vidéo par Pierre-Philippe BERSON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/07/2017

Liu Xiaobo est mort d'un cancer jeudi. Condamné à 11 ans de prison pour "subversion", il avait été libéré fin juin en raison de son état de santé extrêmement dégradé. La Chine porte "une lourde responsabilité" dans son décès, estime le comité Nobel.

Le dissident chinois Liu Xiaobo est mort, jeudi 13 juillet, à l'âge de 61 ans. Il s'est éteint dans la province du Liaoning, dans le nord-est de la Chine, où il était hospitalisé pour un cancer du foie en phase terminale.

En détention depuis huit ans, le prix de Nobel de la paix 2010, distingué pour ses "efforts durables et non violents" en faveur des droits de l’Homme en Chine, avait bénéficié d'une mise en liberté conditionnelle le lundi 26 juin, en raison de son état de santé extrêmement préoccupant. Pékin s'était opposé à son départ à l'étranger pour y être soigné.

Amnesty International a salué son "courage" et sa "dignité" dans une vidéo diffusée sur les réseaux socaux.

La Chine porte "une lourde responsabilité" dans la mort "prématurée" de Liu Xiaobo, a affirmé le comité Nobel à l'annonce de son décès. Berlin, qui avait multiplié les appels à transférer le dissident chinois Liu Xiaobo en Allemagne pour des soins, a de son côté rendu hommage à un "héros de la démocratie".

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian a exprimé sa "profonde tristesse". "En dépit de longues périodes de détention, il n'a cessé depuis plus de 30 ans de défendre avec courage les droits fondamentaux, et notamment la liberté d'expression."

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit "profondément attristé" et "exprime ses condoléances à sa famille et à ses amis", selon le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. Mais il s'est abstenu de toute critique envers la Chine.

>> À lire : Pression renforcée sur Pékin pour libérer le dissident Liu Xiaobo

Ancien enseignant, l'intellectuel et dissident purgeait depuis 2009 une peine de 11 ans de réclusion pour "subversion", après avoir corédigé un texte prônant la démocratie en Chine. Il s'était vu décerner le prix Nobel de la paix alors qu'il était déjà emprisonné. En son absence, la récompense lui avait été remise de manière symbolique le 10 décembre 2010 à Oslo, l'opposant étant représenté par une chaise vide.

L'attribution du Nobel avait suscité une vive colère de Pékin, qui avait gelé ses relations de haut niveau avec la Norvège, tandis que s'effondraient les exportations de saumon norvégien vers la Chine, où le militant des droits de l'Homme est qualifié de "criminel".

Son épouse Liu Xia, poétesse devenue militante, est toujours assignée à résidence. Bien qu'elle ne fasse l'objet d'aucune accusation officielle, elle n'a pas d'accès à Internet, n'est pas autorisée à recevoir chez elle des visiteurs et ne peut que rarement parler par téléphone à des membres de sa famille. Reporters sans frontières (RSF) a exigé ce jeudi la levée "immédiate" de cette mesure.

Avec AFP

Première publication : 13/07/2017

  • ALLEMAGNE

    Xi Jinping relance la "diplomatie du panda" pour courtiser l'Europe

    En savoir plus

  • CHINE

    Vingt ans après la rétrocession, la mise en garde de Xi Jinping à Hong Kong

    En savoir plus

  • CHINE

    Les États-Unis accusent une petite banque chinoise d'avoir aidé le programme nucléaire nord-coréen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)