Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Nicaragua : la fuite en avant d'Ortega

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 16/07/2017

Football : l'empire chinois contre-attaque

© Capture d'écran France 24

Depuis plusieurs mois, la Chine rebat les cartes du football mondial. Grâce à des moyens quasi illimités, joueurs et entraîneurs issus des meilleurs clubs mondiaux y affluent avec pour mission de développer le championnat national, tandis que des écoles éclosent un peu partout pour former les futures stars du ballon rond. La raison de cet emballement ? Le goût du président Xi Jinping pour le football, dont il entend faire un vecteur de nationalisme.

La Chine vient de faire une entrée fracassante dans le monde du football. À coups de transferts mirobolants et de salaires indécents, le pays entend se tailler une place de choix sur ce terrain et attirer dans son championnat les plus grandes stars du ballon rond. C’est ainsi que l’Argentin Carlos Tevez, les Brésiliens Hulk et Oscar, ou encore le Belge Axel Witsel n’ont pas résisté aux sirènes des clubs de la Chinese Super League et à leurs richissimes propriétaires.

Un engouement qui s’explique par le goût immodéré de Xi Jinping pour le ballon rond. Grand fan de football, le président chinois en a fait une affaire personnelle et érigé ce sport en priorité nationale. L’objectif est double : faire de la Chine une superpuissance du ballon rond et faire du football un vecteur de nationalisme chinois.

Le pays vise très haut : la Chine est sur les rangs pour organiser une prochaine Coupe du monde et se rêve déjà en championne du monde en 2050. De Shanghai à Guangzhou, notre reporter a enquêté au plus près de ce nouvel outil du "soft power" chinois.

Par Antoine VÉDEILHÉ

COMMENTAIRE(S)

Les archives

13/07/2018 Afrique

Centrafrique : à la rencontre des ex-rebelles putschistes

En Centrafrique, pays déchiré par la guerre, les ex-rebelles putschistes rêvent désormais d'indépendance. Les reporters de France 24 James André et Anthony Fouchard sont allés à...

En savoir plus

06/07/2018 Afrique

Djibouti sous l'emprise du khat

À Djibouti, près de la moitié des hommes consomment le khat, des feuilles à mâcher qui constituent une drogue aux effets proches de l'amphétamine. En moyenne, 40 % du budget des...

En savoir plus

29/06/2018 Amériques

Vidéo : à Masaya, bastion de l’insurrection au Nicaragua

Au Nicaragua, 212 personnes ont été tuées dans la vague de contestation inédite qui touche le pays depuis deux mois. Déclenchée le 18 avril par un projet de réforme de la...

En savoir plus

22/06/2018 EUROPE

Vidéo : les opposants turcs traqués jusqu'en Europe

À la veille des élections présidentielle et législatives en Turquie, notre reporter est partie à la rencontre des opposants turcs, peu audibles dans les médias officiels. Depuis...

En savoir plus

15/06/2018 Afrique

Vidéo : la vague à l'âme, l’odyssée des pêcheurs sénégalais en Bretagne

En Bretagne, dans l’Ouest de la France, plusieurs pêcheurs d'origine sénégalaise embarquent au petit matin sur des chalutiers pour rapporter du poisson dans les criées du...

En savoir plus