Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"Le budget de l'armée a connu une érosion constante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les expositions incontournables de l'été 2017

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Emmanuel Macron, "l'adjudant de la République"

En savoir plus

FOCUS

Afrique du Sud : les abandons de bébés en hausse, les adoptions en baisse

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face à Macron, le général de Villiers rend les armes

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Remaniement ministériel en Côte d'Ivoire

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Armée française : le premier accroc d'Emmanuel Macron ? (partie 1)

En savoir plus

Afrique

Congo-Brazzaville : deux millions d'électeurs attendus aux urnes pour les législatives

© Eduardo Soteras, AFP | Un peu plus de deux millions de Congolais sont attendus aux urnes dimanche 16 juillet.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/07/2017

Les Congolais sont appelés, dimanche, à renouveler l'Assemblée nationale et les conseils départementaux. Malgré les violences qui persistent dans une partie du pays, les responsables estiment que le scrutin devrait se dérouler sans heurts majeurs.

Un peu plus de deux millions de Congolais sont attendus aux urnes, dimanche 16 juillet, pour renouveler l'Assemblée nationale et les conseils départementaux lors des élections législatives et locales.

Ces élections, contrairement à la présidentielle de 2016 remportée par Denis Sassou-Nguesso, qui s'est soldée par des violences qui se poursuivent encore dans le Pool (sud), région voisine de Brazzaville, devraient se dérouler sans heurts majeurs.

Le Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) a aligné 128 candidats à la députation sur 151 sièges à pourvoir. Plusieurs indépendants qui lui sont proches ont également présenté leurs candidatures. De nombreux alliés de l'ancien parti unique, ainsi que 31 des 38 membres du gouvernement, prennent part au scrutin.

La principale formation d'opposition, l'Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), a pour sa part investi 43 candidats aux législatives, contre 31 pour l'Union des démocrates et humanistes (UDH-Yuki) de Guy-Brice Parfait Kolélas, arrivé deuxième à la présidentielle de 2016.

>> À lire : Florilège de fautes de français sur les affiches électorales

Cependant, la Fédération de l'opposition composée de l'Initiative pour la démocratie au Congo (IDC), le Front républicain pour le respect de l'ordre constitutionnel et l'alternance démocratique (FROCAD) et la Composante Jean-Marie Michel Mokoko (CJ3M) a conditionné sa participation "à la fin de la crise du Pool et à la libération de tous les prisonniers politiques". Deux leaders de cette coalition, Jean-Marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa, ont été arrêtés et incarcérés en juin 2016 et janvier dernier "pour atteinte à la sûreté intérieure de l'État".

Le président de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI), Henri Bouka, a assuré que l'élection se déroulera sur tout le territoire congolais, y compris dans le Pool. "Aucune (circonscription) n'est exclue" du scrutin, a-t-il affirmé.

"La campagne se déroule normalement" sur le terrain, s'est félicité vendredi Django Cissoko, chef de la délégation d'une cinquantaine d'observateurs déployés par l'Union africaine (UA). L'opposition pointe de son côté des dysfonctionnements, rejetés par la majorité.

Avec AFP

 

 

Première publication : 16/07/2017

  • CONGO

    "Biens mal acquis" : la fille et le gendre de Denis Sassou Nguesso mis en examen

    En savoir plus

  • CONGO-BRAZZAVILLE

    Les combats à Brazzaville ont fait au moins 17 morts selon les autorités

    En savoir plus

  • CONGO-BRAZZAVILLE

    La victoire de Denis Sassou-Nguesso à la présidentielle validée par la Cour constitutionnelle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)