Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Le président colombien Juan Manuel Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC.

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le football américain défie Donald Trump genou à terre

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tchadiens bientôt privés de sol américain

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (partie 2)

En savoir plus

FRANCE

Pour Emmanuel Macron, l’antisionisme est l’antisémitisme "réinventé"

© Geoffroy van der Hasselt, AFP | Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le président français Emmanuel Macron, sur le perron de l'Élysée, le 16 juillet 2017.

Texte par Sylvain ATTAL

Dernière modification : 17/07/2017

En commémorant le 75e anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv à Paris, dimanche, le président français a fait une avancée sémantique qui a comblé de plaisir le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou.

"Mon cher Bibi". Après les embrassades, les tapes dans le dos avec Donald Trump, le président Emmanuel Macron recevait, dimanche 16 juillet, à Paris, un autre "vilain" parmi les vilains chefs d’État : le Premier ministre Benjamin Netanyahou, que ses encore nombreux admirateurs en Israël appellent familièrement "Bibi".

Mais à l’étranger, "Bibi" est vu comme un faucon dans le conflit israélo-palestinien et comme quelqu’un qui a le don de saisir toutes les occasions. Même celle de la cérémonie de commémoration du 75e anniversaire de la rafle du Vél d’Hiv au cours de laquelle il a alerté sur le fait qu’aucun pays, à part le sien, n’a conscience de la duplicité et de la dangerosité de l’Iran. Selon lui, les Iraniens ont dupé Barack Obama et les Européens lors de la négociation de l’accord sur le nucléaire et n’ont d’autre dessein que d’obtenir la bombe pour détruire Israël et aussi menacer l’Europe.

Il y a dans les propos présidentiels quelque chose qui relève du pur bon sens

Emmanuel Macron semblait préparé et s’est contenté d’assurer son hôte de la vigilance française sur l’application de l’accord. Il ne pouvait guère faire moins. Mais il avait déjà fait davantage lors de son allocution devant le mémorial du Vél d’Hiv. Il a fait un immense cadeau à son ami "Bibi" en affirmant : "Nous ne cèderons rien à l’antisionisme car il est LA forme réinventée de l’antisémitisme".

Ce parallèle entre antisionisme et antisémitisme, de surcroît au moment où l’on se souvient des martyrs de la Shoah, aucun président français ne s’y était risqué. C’est peu dire que les responsables de la communauté juive présents et des amis de l'État hébreu attendaient une telle déclaration, tant il est vrai que la haine d’Israël a servi d’alibi à nombre d’auteurs d’actes antisémites, terroristes ou non.

Il y a dans les propos présidentiels quelque chose qui relève du pur bon sens. Au-delà de la reconnaissance de la responsabilité de la France dans la rafle de 1942, "à laquelle pas un Allemand n’a participé", le président Macron a replacé Vichy dans son contexte historique depuis l’affaire Dreyfus, en passant par les diatribes antisémites d’une partie de la classe politique française sous la IIIe République.

Or il se trouve que c’est en assistant, à Paris, à la déchéance du capitaine Dreyfus que le père du sionisme, Theodor Herzl, décida de lancer son combat pour la création d’un "foyer national". Celui-ci servirait de refuge aux juifs européens dont il pressentait le funeste destin, puisqu’un pays comme la France pouvait accuser un loyal officier d’état-major car "capable de trahir" uniquement "du fait de sa race" (Maurice Barrès).

"On ne peut pas dire ‘je n’ai rien contre les juifs mais je ne veux pas que leur pays existe’"

Comme l’a relevé Netanyahou en remerciant Macron pour cette mise au point "on ne peut pas dire ‘je n’ai rien contre les juifs mais je ne veux pas que leur pays existe’". L’antisionisme comme refus du droit d’Israël à exister et à assurer sa sécurité. Sauf qu’Emmanuel Macron a pris un très grand risque, car dans une grande partie du monde, particulièrement dans les pays arabes, le mot "sionisme" est devenu synonyme de barbarie, de souffrances quotidiennes infligées à des millions de Palestiniens auxquels sont déniés des droits fondamentaux.

Le sionisme, au sens historique, est le mouvement de libération d’un peuple sur une terre à laquelle le lie un attachement millénaire. Mais il est aussi associé à l’impérialisme, l’expansionnisme, l’occupation, la violation de droits humains et la quête du "grand Israël". En 1972, Arafat avait même réussi à faire adopter par l’assemblée générale de l’ONU une résolution assimilant sionisme et racisme. Aujourd’hui encore, Mahmoud Abbas refuse de reconnaître Israël en tant qu'"État juif".

Avec cette déclaration, Emmanuel Macron bouscule un tabou et rend justice à l’Histoire, mais il va aussi donner la migraine à l’administration du quai d’Orsay qui recevra de plein fouet le mécontentement des partenaires arabes de la France. Décidément, rien ne fait peur au téméraire président français.
 

Première publication : 16/07/2017

  • FRANCE

    L'indignation après les propos de Marine Le Pen sur le Vél' d'Hiv

    En savoir plus

  • FRANCE

    Sept ans de prison pour l'adolescent qui avait tenté d'assassiner un enseignant juif

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La parole raciste, antisémite et homophobe se libère depuis l'élection de Trump

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)