Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

Après des menaces de Duterte, le premier quotidien philippin bientôt vendu

© AFP/Archives | Le magnat Ramon Ang, président du conglomérat San Miguel Corp, le 30 mars 2016 à Manille (Philippines)

MANILLE (AFP) - 

Le Philippine Daily Inquirer, principal titre de la presse de l'archipel, a annoncé lundi que ses propriétaires entendaient vendre le journal, quelques mois après avoir été violemment pris pour cible par le président Rodrigo Duterte.

Marixi Prieto, présidente de l'Inquirer Group of Companies, a indiqué que sa famille avait décidé de se retirer des médias et était en négociation avec le magnat Ramon Ang, président du conglomérat San Miguel Corp.

"La décision de la famille Prieto de vendre après 25 ans est une décision stratégique qui permettra de maximiser les opportunités pour le groupe Inquirer", peut-on lire dans un communiqué.

M. Ang a de son côté dit avoir accepté la proposition de la famille Prieto consistant à investir dans le groupe Inquirer, sans en donner de détails.

Aucun des deux groupes n'a mentionné le conflit opposant de longue date l'Inquirer à Rodrigo Duterte.

Le bouillant chef de l'Etat avait insulté fin mars le Daily Inquirer et la première chaîne de télévision ABS-CBN en les mettant en garde contre leur couverture critique de sa guerre sanglante contre la drogue.

"Je ne les menace pas mais un jour ils vont être rattrapés par leur karma", avait lancé M. Duterte. "Ils sont sans vergogne, ces fils de pute de journalistes".

Le président avait cité nommément les familles propriétaires du Inquirer et de ABS-CBN, respectivement Prieto et Lopez, les qualifiant "d'oligarques" se servant de leur média pour promouvoir leurs candidats politiques préférés. "C'est tout ce qui mine la société philippine, les médias corrompus, les visages des Prieto et Lopez, leur argent et l'Eglise", avait-il affirmé.

Il avait menacé de se servir de télévision publique contre ces deux familles. "Je vais aussi vous faire rendre des comptes. Je vais passer votre vie au crible ainsi que celle de vos enfants".

M. Duterte a été élu en 2016 en promettant d'éradiquer le trafic de drogue et de faire abattre des dizaines de milliers de délinquants présumés.

Depuis son entrée en fonctions il y a un an, la police a abattu plusieurs milliers de trafiquants ou toxicomanes présumés tandis que des milliers d'autres ont été tués dans des circonstances non élucidées, selon les chiffres officiels.

Rodrigo Duterte bénéficie du soutien de nombreux Philippins qui jugent que la criminalité doit être combattue par des mesures extrêmes.

© 2017 AFP