Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Carles Puigdemont : "La porte est ouverte pour dialoguer avec Madrid"

En savoir plus

LE DÉBAT

Accord sur le nucléaire iranien : la menace du retrait américain ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Accord sur le nucléaire iranien : la menace du retrait américain ?

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : les universités, nouveaux viviers du terrorisme ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Touadéra : "Le départ de la force Sangaris de Centrafrique était prématuré"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le retour de "Ça" sur grand écran

En savoir plus

FACE À FACE

Emmanuel Macron à l'ONU : le président français face au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Trump à l'ONU : "irresponsable et infantile"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Chine : vers une interdiction des voitures à essence d'ici 2040

En savoir plus

Esplanade des Mosquées: la polémique sur les détecteurs de métaux persiste

© AFP | Un homme vide son sac après avoir traversé des portiques détecteurs de métaux, près de la Porte des Lions, l'une des principales entrées de la Vieille ville de Jérusalem, le 16 juillet 2017

JÉRUSALEM (AFP) - 

La polémique déclenchée par l'installation par Israël de détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem s'est poursuivie lundi avec le refus persistant des autorités religieuses musulmanes d'entrer sur ce lieu saint.

Israël a décidé, sans consulter le Waqf, l'organisme palestinien chargé des biens musulmans, d'installer ces détecteurs après que deux policiers israéliens ont été tués vendredi à l'une des entrée de l'esplanade par trois Arabes israéliens.

Après la fermeture exceptionnelle pendant deux jours par Israël de l'esplanade, le troisième lieu saint de l'islam, Israël l'a rouvert dimanche après avoir installé des détecteurs de métaux à deux des portes de l'esplanade.

Lundi, la police a annoncé dans un communiqué que trois autres portes équipées de détecteurs avaient été à leur tour rouvertes. "Nous travaillons pour installer des détecteurs aux abords des portes restantes comme l'ont décidé les responsables politiques (israéliens) au plus haut niveau", a-t-elle ajouté.

Les responsables du Waqf ont eux continué lundi à refuser d'entrer sur l'esplanade en passant par ces détecteurs, a constaté une journaliste de l'AFP sur place.

"Nous n'accepterons pas qu'Israël crée un précédent", a dit Nasser Najib, l'un des gardiens employé par le Waqf depuis 31 ans. A l'une des portes ouvertes, seul un homme poussant le fauteuil roulant de sa mère passe par le détecteur pour entrer sur l?esplanade.

La veille, les prières musulmanes avaient été organisées à l'extérieur de l'esplanade en signe de protestation à l'installation de détecteurs de métaux.

L'attentat à l'arme à feu de vendredi était l'un des plus graves incidents des dernières années à Jérusalem. Les trois assaillants avaient été pourchassés par la police israélienne jusqu'à l'esplanade où ils avaient été abattus.

La décision de fermer vendredi et samedi l'esplanade a ravivé les craintes des Palestiniens de voir Israël prendre le contrôle exclusif du site, qui est également révéré par les juifs comme le Mont du Temple.

© 2017 AFP