Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

Euro: "On n'a aucune étiquette" de favori pour France-Islande, estime Echouafni

© AFP/Archives | Le sélectionneur des Bleues Olivier Echouafni à l'entraînement des Bleues à Zwijndrecht, le 15 juillet 2017

TILBURG (PAYS-BAS) (AFP) - 

L'équipe de France féminine, 3e nation au classement Fifa mais au palmarès toujours vierge, "n'a aucune étiquette" de favori, a estimé lundi son sélectionneur Olivier Echouafni, avant l'entrée en lice des Bleues à l'Euro-2017 contre l'Islande, mardi à Tilburg.

Q: L'équipe de France fait-elle partie des favoris ?

R: "Aujourd'hui, vous nous mettez une étiquette de favoris, nous, on n'a aucune étiquette. La seule nation qui peut prétendre l'avoir c'est peut-être l'Allemagne (sextuple tenant du titre), voire les Pays-Bas, qui reçoivent. A partir du moment où on n'a pas gagné le moindre titre, on n'a aucune étiquette, si ce n'est de réaliser une belle et grande performance à cet Euro."

Q: La France est invaincue avant cet Euro, quel est le piège à éviter contre l'Islande ?

R: "Tous les matches sont difficiles à gagner, que ce soit l'Islande, mais il y aura aussi l'Autriche, et la Suisse derrière. Peut-être que sur le papier, on peut paraître favori, de par notre classement UEFA, voire Fifa. Mais après, il y a un match, et cela se gagne sur le terrain. Il faudra être très appliqué, avoir beaucoup de sérieux dans tout ce qu'on mettra en place, et être efficace parce qu'aujourd'hui on sait que les équipes sont très regroupées. Elle vont nous attendre certainement. A nous de faire le jeu."

Q: Que faut-il craindre de l'Islande ?

R: "Je crois qu'on a beaucoup de respect pour cette nation, qui a réussi un très beau parcours de qualification en finissant en tête devant l'Ecosse. Cette équipe axe beaucoup son collectif sur le physique. C'est une équipe très généreuse, qui court beaucoup, qui se donne à 100% et avec aussi des joueuses d'expérience, qui jouent dans de très grands clubs. Par rapport à ça, on a essayé de mettre en place une stratégie parce qu'on sait qu'elles vont être vraiment à 200% et qu'elles vont mettre énormément d'énergie."

Q: En quoi le forfait d'Amel Majri est-il préjudiciable ?

R: "C'est vrai que depuis le départ, on avait un côté gauche très performant, avec Amel (Majri) notamment. Il a fallu trouver d'autres solutions. A partir de là, on doit continuer à avancer. Je suis persuadé que dans cet Euro, il y aura des surprises avec des joueuses qui vont bien sûr se mettre aussi en avant."

Q: Sur le plan offensif, où situez-vous le niveau de l'équipe de France ?

R: "Sur le plan offensif, on sait qu'on a de grandes qualités, de grandes capacités. Il faut arriver à le matérialiser un petit peu plus dans ce dernier geste qui nous fait défaut par moment. J'ai vraiment confiance en mes joueuses. Elles sont sur le bon chemin. Elles vont certainement monter en régime et en intensité."

Propos recueillis en conférence de presse.

© 2017 AFP