Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il y a trop de murs, les gens ne se parlent plus"

En savoir plus

EUROPE

Le Parlement turc prolonge de trois mois l'état d'urgence

© Adem Altan, Turkish Presidential Press Service, AFP | Recep Tayyip Erdogan, le 15 juillet, lors d'un discours marquant le premier anniversaire de la tentative de coup d'État de 2016.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/07/2017

Instauré après la tentative de coup d'État du 15 juillet 2016, le Parlement turc a, lundi, prolongé de trois mois l'état d'urgence. Depuis son instauration, 50 000 personnes ont été arrêtées et 150 000 ont été suspendues de leurs fonctions.

Sans surprise, le Parlement turc a accédé à la demande du gouvernement, lundi 17 juillet, de proroger de trois mois l'état d'urgence, entré en vigueur il y a bientôt un an après le coup d'État manqué du 15 juillet 2016.

Cette décision, qui survient au surlendemain de l'anniversaire du putsch avorté qui a été commémoré avec des rassemblements massifs dans toute la Turquie, a été votée en toute logique puisque la formation du président Recep Tayyip Erdogan, le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur), dispose d'une majorité confortable au Parlement.

Depuis l'imposition de l'état d'urgence le 20 juillet 2016, et sa prorogation régulière, plus de 50 000 personnes ont été arrêtées et 150 000 ont été suspendues de leurs fonctions. Sept mille policiers, fonctionnaires et universitaires ont en outre été renvoyés la semaine dernière, selon un décret publié le 14 juillet.

Le gouvernement fait valoir que ces purges sont nécessaires pour éradiquer la menace constituée selon lui par les partisans du religieux Fethullah Gülen, le prédicateur musulman accusé par Ankara d'avoir organisé le putsch manqué de la nuit du 15 au 16 juillet 2016. Ce dernier a toujours démenti être à l'origine de ce putsch.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 17/07/2017

  • TURQUIE

    Turquie : un an après, Erdogan veut "arracher la tête" des putschistes

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Plus de 7 000 policiers, soldats et membres de ministères limogés en Turquie

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Istanbul : des dizaines de milliers de personnes réunies pour le "meeting pour la justice" de l'opposition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)