Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

EUROPE

L’escalade verbale se poursuit entre l'Allemagne et la Turquie

© Kay Nietfeld, dpa, AFP | Le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel, jeudi 20 juillet 2017, lors d'une conférence de presse à Berlin.

Vidéo par Luc ANDRE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/07/2017

Les relations germano-turques se sont un peu plus détériorées, jeudi, avec la mise en garde du ministre allemand des Affaires étrangères contre les déplacements en Turquie après l'arrestation d'un défenseur des droits de l'Homme allemand.

Berlin hausse le ton vis-à-vis d'Ankara. L'Allemagne, excédée par l'interpellation de défenseurs des droits de l'Homme à Istanbul, a haussé le ton vis-à-vis de la Turquie en annonçant, jeudi 20 juillet, une réorientation de sa politique, notamment économique, à l'égard de son partenaire historique.

La première mesure concrète est un renforcement des mises en garde du ministère des Affaires étrangères pour les voyages en Turquie, destination très prisée des vacanciers allemands en pleine saison touristique.

Le chef de la diplomatie Sigmar Gabriel a accusé devant la presse Ankara de violations systématiques des droits de l'Homme et jugé que celles-ci "éloignent la Turquie du socle des valeurs européennes" et de celles de l'Otan. Elles ne peuvent "pas rester sans conséquences", a-t-il déclaré.

>> À voir : Interview exclusive de Fethullah Gülen avec France 24

La réorientation de la politique allemande, une mesure qualifiée également de "nécessaire et indispensable" par la chancelière Angela Merkel, va inclure un réexamen des crédits, garanties ou aides financières qu'apporte Berlin aux exportations ou aux investissements dans le pays.

Les accusations de liens entre Steudtner et Gülen "injustifiées" selon Berlin

La décision allemande de frapper la Turquie au portefeuille intervient en réaction à la mise en détention d'un défenseur allemand des droits de l'Homme avec cinq autres militants, dont la directrice d'Amnesty International en Turquie. Elle intervient plus largement dans un contexte de contentieux continu entre Ankara et Berlin depuis plus d'un an.

La justice turque a accusé Peter Steudtner d'avoir "commis un crime au nom d'une organisation terroriste". Une expression qui désigne le plus souvent pour les autorités turques les partisans du prédicateur Gülen, accusé d'avoir fomenté le putsch manqué du 15 juillet 2016, et les séparatistes kurdes du PKK.

Le chef de la diplomatie allemande a jugé ces accusations "injustifiées" parce que ce ressortissant allemand n'avait aucun lien particulier avec la Turquie. De son côté, Ankara a accusé Berlin d'"interférences" jugées "inacceptables" dans le travail de la justice turque. Au total, neuf Allemands, dont quatre ayant également la nationalité turque, sont aujourd'hui détenus en Turquie.

Avec AFP

Première publication : 20/07/2017

  • TURQUIE

    Exclusif : Gülen a rencontré un homme lié au coup d’État, mais rejette les accusations d'Erdogan

    En savoir plus

  • TURQUIE

    La directrice d'Amnesty International en Turquie maintenue en détention

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le Parlement turc prolonge de trois mois l'état d'urgence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)