Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

Afrique

Reportage : au Somaliland, la sécheresse menace "encore, encore et encore"

© France 24 | Sur le marché au bétail de Burao, au Somaliland.

Vidéo par Nicolas GERMAIN , Julie DUNGELHOEFF

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/07/2017

Depuis le début de 2017, la Corne de l'Afrique fait face à une longue sécheresse. Dans le territoire autonome du Somaliland, une grande partie du bétail n'a pas survécu au manque d'eau et la famine menace. Reportage.

Une terre craquelée complètement asséchée, des cadavres de dromadaires et de chèvres jonchant les routes… Voilà à quoi ressemble une partie du Somaliland. Cela fait trois ans qu’il n’y a pas plu. Résultat : 80 % du bétail est mort. La population, elle, s’est réfugiée dans des camps à la recherche d’eau et de nourriture.

Sur le marché au bétail de Burao, l’un des plus importants d’Afrique de l’Est, les éleveurs tentent de vendre les quelques bêtes qui ont survécu. Au Somaliland, l'économie dépend des exportations du bétail vers les pays du Golfe, mais avec la sécheresse le prix d’une chèvre a augmenté de 20 %.

>> À voir en images : La famine menace le Somaliland

La situation est d’autant plus grave que ce territoire autonome depuis 1991 n’est pas reconnu par la communauté internationale et n’a donc pas accès aux donateurs que sont la Banque mondiale et le Fonds monétaire internationale (FMI).
 

Première publication : 22/07/2017

COMMENTAIRE(S)