Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

G5 Sahel : le don de 100 millions de dollars de Riyad

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Trump souhaite toujours une solution à deux États", selon Riyad

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Elections sénatoriales américaines : "Thank You Alabama" inonde twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mariana", blessures chiliennes

En savoir plus

FOCUS

Niger : Agadez, perle du désert devenue hub migratoire

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Morales : "Le retrait des États-Unis de l'accord de Paris, un signe de mépris"

En savoir plus

FACE À FACE

La droite est-elle de retour avec Laurent Wauquiez ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

FRANCE

Budget de la Défense : la ministre des Armées débloque 1,2 milliard de crédits pour 2017

La ministre des Armées Florence Parly a réaffirmé dimanche que c'était au gouvernement de préparer le budget, "comme le prévoit la Constitution".

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/07/2017

Alors que le chef d'état-major des armées, Pierre de Villiers, a démissionné en dénonçant des coupes budgétaires, la ministre des Armées Florence Parly a annoncé dimanche le dégel d’1,2 milliard d'euros de crédits en 2017.

"Je suis en discussion pour que des crédits gelés en 2017 soient dégelés. C'est déjà le cas depuis jeudi pour 1,2 milliard d'euros qui nous seront restitués par anticipation dès ce mois-ci", a annoncé la ministre des Armées Florence Parly, dans un entretien au Journal du Dimanche.

Selon une source gouvernementale, ces dégels, qui interviennent d'ordinaire en fin d'année, vont offrir une plus grande visibilité au ministère et à la Direction générale de l'armement (DGA) dans la gestion de leur trésorerie et le paiement des factures.

"Sur les sujets budgétaires, c'est au ministre de s'exprimer"

"Ils ne constituent pas un cadeau fait aux armées mais le strict respect de la loi de finances initiale", souligne le député LR François Cornut-Gentille, rapporteur spécial des crédits de la défense à la commission des Finances.

Florence Parly a par ailleurs réitéré que les annulations de crédits de 850 millions d'euros décidées pour cette année, à l'origine de la démission du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers, n'auraient "pas d'impact sur le fonctionnement des armées en 2017, notamment pour les militaires en opération.  [...] C'est donc sur les grands programmes d'équipement que les ajustements seront faits par lissage", a-t-elle souligné.

>> À lire : Macron accepte la démission du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers

Le général de Villiers a été recadré par le président Emmanuel Macron à la veille du 14 juillet pour avoir critiqué ces coupes budgétaires devant des députés et dans un quotidien. Il a démissionné quelques jours plus tard considérant "ne plus être en mesure d'assurer la pérennité du modèle d'armée" qu'il estime approprié pour "la protection des Français". Le président Emmanuel Macron a répliqué que ce n'était "pas le rôle" du chef d'état-major de défendre le budget des armées, mais celui de la ministre des Armées.

Le nouveau chef d'état-major, le général François Lecointre, est le "responsable opérationnel" des armées et à ce titre "aura toute latitude pour venir s'exprimer devant les commissions" parlementaires, a expliqué Françoise Parly dans le JDD. "Mais sur les sujets budgétaires, c'est au ministre de s'exprimer devant les élus, car ce n'est pas la commission qui prépare le budget mais le gouvernement, comme le prévoit la Constitution", a-t-elle insisté.

Avec Reuters

 

 

Première publication : 23/07/2017

  • FRANCE

    Démission du général de Villiers : François Lecointre nommé chef d'état-major des armées

    En savoir plus

  • FRANCE

    Macron accepte la démission du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers

    En savoir plus

  • ARMÉES

    Le chef d'état-major des Armées présent au défilé du 14-Juillet malgré la polémique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)