Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Emmanuel Macron courtise Donald Trump, mais est-ce bien utile ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

FRANCE

Les aides au logement vont baisser de 5 euros par mois en France

© Stéphane de Sakutin, AFP | Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires, chargé notamment du logement, a écarté toute suppression pure et simple des APL.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/07/2017

Dès le 1er octobre, les aides personnelles au logement vont baisser de 5 euros par mois et par foyer, a annoncé le gouvernement, samedi. Une économie mensuelle de 32,5 millions d'euros pour l’État dénoncée comme "fragilisant les moins favorisés".

Les étudiants en sont les principaux bénéficiaires. Les aides personnelles au logement (APL) vont baisser de 5 euros par mois et par foyer à partir d'octobre, a indiqué samedi 22 juillet le ministère de la Cohésion des territoires, chargé notamment du logement. Une baisse qui fait suite à l'application d'une réforme d'économie budgétaire décidée sous le quinquennat précédent et pas encore appliquée, a précisé à l'AFP une responsable du ministère.

Les aides personnelles au logement bénéficient au total à 6,5 millions de ménages français, dont environ 800 000 étudiants et coûtent 18 milliards d'euros par an au budget de l'État. Versées par la Caisse d'allocation familiale (CAF), elles se décomposent en trois catégories : l'aide personnalisée au logement (APL), l'allocation de logement familial (ALF) et l'allocation de logement social (ALS). Une baisse de ces aides de 5 euros par mois et par ménage représente une économie mensuelle de 32,5 millions d'euros pour l’État, soit 97,5 millions sur les trois derniers mois de l'année en cours.

"On continue de précariser la jeunesse"

Cette baisse des APL avait été annoncée par l'exécutif lors de l’audition le 12 juillet de Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, et de Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, par la commission des finances de l'Assemblée nationale. "La baisse des APL a été votée par la précédente majorité. [...] Nous prendrons les mesures votées par le Parlement", avait déclaré Gérald Darmanin, faisant référence à un décret paru le 16 octobre 2016 au Journal officiel. Ce texte traduisait la volonté de l'ancien gouvernement de prendre en compte le patrimoine des bénéficiaires dans le calcul de l'allocation. François Hollande souhaitait, en effet, supprimer les APL pour les foyers disposant d'un patrimoine supérieur à 30 000 euros.

"Cela n'a rien à voir avec les mesures prises en 2016", avait alors fustigé Emmanuelle Cosse, à l'époque ministre du Logement, qui dénonce une "mesure qui fragilise les moins favorisés". "Donc la première mesure en matière de logement du gouvernement Philippe aura été la baisse des APL. Affligeant. Et dévastateur pour les moins riches", a-t-elle ajouté sur Twitter.

Le syndicat étudiant la FAGE critique une "mesure dangereuse et injuste" pour les jeunes. "La FAGE ne peut tolérer que l’on continue de précariser la jeunesse sous couvert de 'mesures d’économie'", dit le syndicat dans un communiqué.

 Avec AFP et Reuters

Première publication : 23/07/2017

  • SOCIÉTÉ

    Mal-logement : un quinquennat "en demi-teinte" pour la Fondation Abbé Pierre

    En savoir plus

  • FRANCE

    Emploi, études, logement… ce que le plan Valls prévoit pour les jeunes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Crise du logement : plus de 15 millions de personnes touchées, selon la Fondation Abbé-Pierre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)