Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, un nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel : la parole se libère sur la toile

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

Moyen-Orient

Erdogan entame une tournée dans le Golfe pour apaiser les tensions

© Service de press présidentiel turc, remis à l'AFP | Le président turc Recep Tayyip Erdogan et le roi Salmane d'Arabie Saoudite à Jeddah, le 23 juillet 2017.

Vidéo par Fatma KIZILBOGA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/07/2017

Le président turc Recep Tayyip Erdogan est arrivé dimanche en Arabie saoudite, première étape d'une tournée dans le Golfe pour faire la médiation entre le Qatar et quatre pays arabes qui l'accusent de soutenir le terrorisme.

Recep Tayyip Erdogan a entamé, dimanche 23 juillet, une tournée dans la région du Golfe pour tenter de désamorcer la crise entre le Qatar et quatre pays arabes qui l'accusent de soutenir des extrémistes islamistes.

Après avoir été reçu dimanche à Jeddah, dans l'ouest de l'Arabie saoudite par le roi Salmane, le dirigeant turc doit se rendre au Koweït dans la soirée, puis au Qatar lundi. "Il n'est dans l'intérêt de personne que cette crise se prolonge davantage", a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d'une conférence de presse à Istanbul, avant de prendre l'avion pour le royaume wahhabite. "Le monde musulman a besoin de coopération et de solidarité, pas de nouvelles divisions."

>> À voir : pourquoi le Qatar inquiète-t-il ses voisins ?

Position inconfortable

L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont rompu le 5 juin avec le Qatar, qu'ils accusent de soutenir "le terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran, rival régional du royaume saoudien. Vendredi, l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a proposé d'ouvrir le dialogue, tout en rejetant tout "diktat".

Cette crise régionale aiguë a placé la Turquie dans une position inconfortable : Ankara entretient des rapports étroits avec Doha, mais le président Erdogan s'est également efforcé ces dernières années de développer les liens avec la monarchie saoudienne.

>> Voir le débat : Crise dans le Golfe : le statu quo ?

Le président turc, qui a  indiqué qu'il soutenait la médiation de l'émir de Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah, tente de jouer un rôle de médiateur entre les différentes parties, mais sa prise de position sans ambiguïté en faveur de Doha a réduit sa marge de manœuvre, estiment nombre d'analystes. "Au cas où cette crise se prolongeait, la Turquie devrait choisir son camp et donc mettre en péril ses intérêts économiques et commerciaux avec l'un des deux pays", explique à France 24 Jana Jabbour, docteur associée au CERI Sciences Po et spécialiste de la Turquie.

Allié aux deux parties

La Turquie est une proche alliée du Qatar, avec lequel les relations se sont fortement développées ces dernières années, sur les plans économique, diplomatique et sécuritaire. Ankara dispose notamment d'une base militaire dans l'émirat gazier. Autre signe de leur proximité, la Turquie a envoyé plusieurs cargaisons de denrées alimentaires par voie aérienne et maritime au Qatar depuis le début de la crise. Mais Ankara entretient parallèlement de bons rapports avec l'Arabie saoudite, poids lourd des monarchies du Golfe, avec qui elle a conclu d'importants contrats d'armement.

>> À lire : le Qatar sort l'arme gazière

Parallèlement, "en jouant les médiateurs, Erdogan veut présenter son pays comme une puissance qui veut la paix dans le monde, ce qui serait selon lui de nature à accroître le prestige de la Turquie et sa réputation sur le plan régional", ajoute Jana Jabbour, qui estime que la marge de manœuvre du président turc est "assez limitée car il n'est pas perçu comme un acteur neutre dans ce conflit".

"L'Arabie saoudite et la Turquie sont en concurrence sur le leadership régional, et les initiatives d'Erdogan sont généralement mal perçues en Arabie saoudite", qui tient à sa réputation de première puissance de la région, continue la spécialiste.

La tournée du président turc coïncide avec une visite au Koweït de la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Celle-ci s'est entretenue dimanche avec les principaux dirigeants koweïtiens. Elle avait exprimé le 7 juillet le soutien de l'Union européenne à la médiation du Koweït dans la crise du Golfe en recevant à Bruxelles un haut responsable koweïtien.

Avec AFP

Première publication : 23/07/2017

  • QATAR

    Vidéo : pourquoi le Qatar inquiète-t-il ses voisins ?

    En savoir plus

  • QATAR

    Crise du Golfe : l'Arabie saoudite et ses alliés peaufinent leur stratégie face au Qatar

    En savoir plus

  • QATAR

    Crise diplomatique : le Qatar décide d'augmenter sa production de gaz

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)