Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

Moyen-Orient

"En Turquie, la presse est instrumentalisée à des fins purement politiques"

© Ozan Kose, AFP | Manifestation devant le siège du journal turc Cumhuriyet, à Istanbul, le 24 juillet 2017.

Texte par Rémi CARLIER

Dernière modification : 24/07/2017

Le procès de 17 journalistes et collaborateurs du quotidien d'opposition turc Cumhuriyet a débuté lundi. Pour les défenseurs des droits de l'Homme, cette affaire est emblématique de l'érosion des libertés depuis le putsch manqué de 2016.

La salle d’audience du palais de justice de Caglayan, à Istanbul, est pleine à craquer. Lundi 24 juillet, les auditions de 17 journalistes et salariés du quotidien d’opposition turc Cumhuriyet y ont débuté, dans un procès décrit par les défenseurs des droits de l’Homme comme emblématique de l’érosion des libertés en Turquie depuis le coup d’État manqué du 15 juillet 2016.

>> Voir le focus : Un an après le coup d'État manqué, une Turquie de purges et de divisions

Les accusés, dont 11 se trouvent déjà en détention préventive, sont accusés d’avoir été en contact et aidé des organisations qualifiées de "terroristes" par le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan, en premier lieu desquelles les séparatistes kurdes du PKK, le groupuscule d’extrême gaiuche DHKP-C et le mouvement du prédicateur Fethullah Gülen, désigné par Ankara comme le cerveau de la tentative de putsch.

>> Voir l'entretien exclusif de France 24 avec Fethullah Gülen

"Ces mouvements n’ont aucun lien entre eux, leurs idéologies sont totalement disparates, en fait ce qui est reproché aux journalistes, c’est d’être journalistes, s’insurge Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF). Aujourd’hui, quand on est journaliste en Turquie, on est qualifié et traité comme un terroriste."

Bête noire

"Ce journal est devenu la bête noire d’Erdogan après avoir publié en mai 2015 des documents prouvant l’envoi d’armes en Syrie par la Turquie", explique Fatma Kizilboga, correspondante de France 24 en Turquie, qui précise que les accusés, dont certains risquent jusqu’à quarante-trois ans de prison, "font partie des journalistes les plus importants de Turquie".

Défendus par plus de 50 avocats et de nombreuses organisations de défense de la liberté de la presse, ils réfutent les accusations qui pèsent contre eux et dénoncent un procès politique visant à abattre l'un des derniers organes de presse indépendants du pays. Fondé en 1924, "Cumhuriyet est l’un des deux derniers journaux qui résistent à la ligne éditoriale dictée par Erdogan", ajoute Christophe Deloire.

"Presse instrumentalisée"

Après le putsch de 2016, la répression du gouvernement contre l’opposition a durement frappé les journalistes : au moins 125 d’entre eux ont été placés en détention depuis l’instauration de l’état d’urgence et une centaine de médias ont été fermés. Depuis, l’auto-censure est de rigueur dans le milieu en Turquie. "La presse est instrumentalisée à des fins purement politiques", ajoute le secrétaire général de RSF, prenant pour exemple l’infographie récente de l’agence de presse turque Anadolu, qui dévoile l’emplacement de dix sites des forces spéciales américaines et françaises en Syrie.

Et rares sont ceux qui élèvent encore la voix. "Cumhuriyet, c’est environ 50 000 exemplaires vendus, ce qui est assez peu en comparaison des autres médias du pays. Les médias qui osent faire leur travail aujourd’hui sont réduits à la portion congrue", déplore Christophe Deloire. Selon lui, la situation en Turquie, déjà classée au 155e rang sur 180 au dernier classement RSF de la liberté de la presse, "peut encore s’aggraver".

>> À lire : un an après, Erdogan veut "arracher la tête" des putschistes

"Quand les journalistes sont arrêtés en premier, c’est le signe annonciateur" d’une dictature, poursuit-il.

Dans ce contexte, l’association des journalistes de Turquie a renoncé à délivrer un prix de la liberté de la presse cette année. "Quand il n’existe plus de liberté de la presse, et alors que tant de journalistes sont emprisonnés, on s’est dit que cela ne rimerait à rien", explique Turgay Olcayto, président de l’association.

Avec AFP

Première publication : 24/07/2017

  • TURQUIE

    Erdogan entame une tournée dans le Golfe pour apaiser les tensions

    En savoir plus

  • TURQUIE

    La directrice d'Amnesty International en Turquie maintenue en détention

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Turquie : un an après, Erdogan veut "arracher la tête" des putschistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)