Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le président parle dans le téléviseur"

En savoir plus

Pour Accoyer, LR "a besoin d'une profonde rénovation"

© AFP/Archives | Bernard Accoyer le 29 novembre 2016 à Paris

PARIS (AFP) - 

Bernard Accoyer, secrétaire général du parti Les Républicains, a déclaré mercredi sur France Inter que LR avait besoin "d'une rénovation profonde", estimant que "le parti n'a pas assez muté en même temps que mutait notre société".

Le parti "Les Républicains a essuyé de très graves défaites, à la présidentielle et aux législatives. Le parti n'a pas assez suivi la mutation de notre société", a expliqué Bernard Accoyer sur France Inter, assurant que LR "a lancé une rénovation profonde".

"Les ateliers de la refondation sont en cours, ils n'écartent pas de dossiers, y compris les plus dérangeants", a indiqué le secrétaire général du parti, évoquant par exemple la "prise de distance" entre les responsables politiques LR et les Français.

"Il y a une ligne claire, la ligne de la droite et du centre. Il va falloir rassembler et ni aller à droite, ni à gauche", a insisté Bernard Accoyer, regrettant que Valérie Pécresse et Xavier Bertrand aient renoncé à se présenter à la présidence du parti, mais assurant qu'il y aurait plusieurs candidats.

"Nous devons et nous pouvons être un grand parti populaire d'opposition et de proposition", a lancé de son côté sur Europe 1 le député LR Guillaume Larrivé.

L'élu de l'Yonne a appelé à "ne pas chercher à faire des alliances d'opposition avec tel ou tel apparatchik, mais (à) s'adresser à tous les Français. Y compris (ceux) qui n'ont pas voté pour LR en 2017, qui se sont abstenus ou qui auraient voté pour le Front national ou pour Debout la France".

"Nous devons évidemment reconstruire ce nouveau parti moderne", a-t-il lancé, soulignant que le processus ne prendrait pas "seulement quelques semaines ou quelques mois", mais serait un "travail d'équipe qui prendra au moins un an".

"Je ne crois pas du tout que la droite nouvelle puisse être construite par un homme ou une femme providentiel(le), a-t-il mis en garde.

"Je discute avec Laurent Wauquiez (numéro deux du parti et très probable candidat à la présidence de LR cet automne, ndlr) qui s'inscrit dans une démarche collective (...) Nous parlons cet été pour définir ensemble la meilleure organisation collective", a-t-il expliqué.

L'élection du nouveau président due LR aura lieu les 10 et 17 décembre par scrutin électronique. Les candidatures devront être déposées avant le 11 octobre auprès de la Haute Autorité qui avait été chargée d'organiser la primaire de la droite.

© 2017 AFP