Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le président parle dans le téléviseur"

En savoir plus

Assemblée: "Du rodage" et "une forme de bizutage" (Rugy)

© AFP/Archives | Le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, le 12 juillet 2017 à Paris

PARIS (AFP) - 

Le président de l'Assemblée nationale François de Rugy (REM) a estimé mercredi qu'il y avait des nouveaux députés "qui sont encore un petit peu en rodage", mais aussi il a souligné "un bizutage" de la part des anciens élus, après des séances agitées lundi et mardi.

"C?est un peu normal que, dans une période d?installation, (...) il y (ait) du rodage", a affirmé François de Rugy sur LCI, alors que les débats sur les textes de "confiance", ont donné lieu à de vives tensions sur le temps de parole et les conditions de vote, avec deux vice-présidentes REM novices.

"Il y a aussi, disons-le, une forme de bizutage, c'est-à-dire qu'il y a de nouveaux députés, des nouvelles députées qui sont encore un petit peu en rodage, et puis il y a peut-être des anciens et des anciennes députées qui profitent un peu de la situation pour faire un bizutage, notamment de celles et ceux qui me secondent à la présidence des séances", a poursuivi François de Rugy, qui a repris le "perchoir" dans l'après-midi mardi pour tenter de ramener la sérénité.

Le président de l'Assemblée a cependant réfuté les critiques sur le temps de parole accordé à l'opposition. "Nous avons des débats qui permettent à l'opposition de s'exprimer sans doute bien plus encore que la majorité", a-t-il assuré.

Interrogé sur l'abandon par les députés de l'obligation d'un casier judiciaire vierge pour les élus, François de Rugy a affirmé que "ce qui a été promis pendant la campagne par Emmanuel Macron est mis en oeuvre", soulignant qu'"il y aura une peine d'inéligibilité".

L'Assemblée a donné son feu vert à l'introduction d'une "peine complémentaire obligatoire d'inéligibilité" en cas de manquement à la probité, tout en revenant sur l'obligation d'un casier judiciaire vierge qui comportait un "risque d'inconstitutionnalité", selon le gouvernement.

"Le dispositif qui a été voté est un dispositif solide", a assuré le président de l'Assemblée.

Les engagements "sont tenus", a-t-il ajouté, "mais faire la loi, c'est pas des slogans, faire la loi, c'est pas des tweets en 140 signes, faire la loi, c'est pas faire des sketches. Non, c'est sérieux, ça nécessite souvent de la dentelle, de la rédaction et c'est ce qui a été fait sur ce sujet".

François de Rugy a également dit avoir "bon espoir que le Sénat et l'Assemblée nationale puissent se mettre d'accord pour que cette loi (de moralisation de la vie politique, ndlr) soit adoptée rapidement, c'est-à-dire dès la fin de cette session extraordinaire", programmée le 3 août.

© 2017 AFP