Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

FRANCE

Incendie dans le Var : "On s'attend à passer deux ou trois jours loin de chez nous"

© Anne-Christine Poujoulat, AFP | À Bormes-les-Mimosas, des plaisanciers quittent la plage mercredi 26 juillet à cause du feu de forêt tout proche.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Florence RICHARD

Dernière modification : 26/07/2017

L'incendie qui s'est déclaré dans la nuit de mardi à mercredi près de Bormes-les-Mimosas, dans le sud-est de la France, a contraint 10 000 personnes à évacuer leur foyer. Des résidents ont raconté à France 24 leur nuit d'angoisse.

Le réveil a été brutal et la nuit très courte pour des milliers d'habitants, de vacanciers et de campeurs de Bormes-les-Mimosas, dans le sud-est de la France, où de violents incendies se sont déclarés dans la nuit du mardi 25 au mercredi 26 juillet. "La sirène d'incendie a retenti pendant la nuit, vers 1 h du matin", explique Olivier, en vacances au Gaou-Cap Bénat, une vaste zone résidentielle de la commune. "Des amis et de la famille nous ont téléphoné pour nous dire d'évacuer. Nous avons pris la voiture et nous sommes partis en direction de la plage de la favière."

Des centaines de personnes ont trouvé refuge sur cette plage, notamment les campeurs du "Camping du domaine", évacué lui aussi. Ces derniers ont passé la nuit dans leurs sacs de couchage, assistant de loin au désolant spectacle d'un incendie qui s'intensifiait, attisé par des vents forts. "On a aussi vu beaucoup de personnes dormir dans leur voiture, sur des parkings, et d'autres ont trouvé refuge dans des salles mises à disposition par la mairie", ajoute Olivier.

>> Infographie : les incendies dans le sud-est de la France

Renaud et des membres de sa famille ont aussi quitté précipitamment leur maison du Cap Bénat, au beau milieu de la nuit, alertés par une amie et par des klaxons de riverains sur la route. "Nous sommes allés au Lavandou. Là, nous avons été accueillis dans un restaurant qui a ouvert spécialement ses portes pour toutes les personnes évacuées. Nous avons passé la nuit sur des chaises. Les propriétaires nous ont offert des croissants et du café ce matin."

Au petit matin, la situation était toujours très critique sur le front de l'incendie. "Les flammes étaient toujours très actives vers 7 h du matin", note Olivier . "Les avions trackers ont fait plusieurs passages au-dessus du Gaou-Cap Bénat pour larguer leur poudre retardante. Puis, à 9 h, les canadairs sont intervenus."

Olvier a pu rejoindre, à pied, par des petits chemins, le Cap Bénat. Il a assisté à une reprise de feu en milieu de matinée, heureusement rapidement circonscrite par les canadairs. Il a retrouvé sa maison intacte.

Renaud, quant à lui, espère pouvoir rapidement retourner chez lui. Mais en fin de matinée, tous les accès au Cap Bénat étaient fermés par mesures de sécurité. "On s'attend à passer deux ou trois jours loin de chez nous."

Première publication : 26/07/2017

  • ROYAUME-UNI

    Un incendie a ravagé le marché de Camden Lock à Londres

    En savoir plus

  • AMÉRIQUE DU NORD

    L'ouest des États-Unis et du Canada ravagé par des incendies

    En savoir plus

  • INCENDIE

    Incendies partiellement maîtrisés dans le Sud-Est et la Corse, des secouristes blessés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)