Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Paul Sanchez est revenu" et "Fleuve noir" : noir, c'est noir

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Israël, "État-nation du peuple juif" : un projet de loi controversé

En savoir plus

FOCUS

Pour trouver un emploi, les jeunes Chinoises passent sous le bistouri

En savoir plus

FACE À FACE

Mondial-2018 : une victoire pour les Bleus... et Emmanuel Macron ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Michel Sidibé : "On a une crise au niveau de la prévention" du sida

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Mines en Guyane : le projet Montagne d'or "inacceptable" pour les autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Donald Troll"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Google : vers une amende record de Bruxelles pour abus de position dominante

En savoir plus

FRANCE

Khalifa Haftar : "Nous traiterons avec tous les groupes terroristes par les armes"

© FRANCE 24 | Pour le général Khalifa Haftar, une armée unifiée est indispensable en Libye.

Vidéo par Taoufik MJAIED

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/07/2017

Dans un entretien à France 24, le général libyen Haftar a exclu toute possibilité d'entente politique avec les "terroristes". Après l'accord conclu avec Fayez al-Sarraj pour un cessez-le-feu, il n'a pas caché ses désaccords avec ce dernier.

"Aucun cessez-le-feu n’est envisageable avec eux." Dans un entretien exclusif accordé au journaliste de France 24 Taoufik Mjaied, mercredi 26 juillet, le chef militaire libyen Khalifa Haftar, qui contrôle l’Est du pays, a rejeté toute éventualité de dialogue politique avec les groupes terroristes présents en Libye. "Les solutions militaires sont réservées aux ennemis, par exemple, l’organisation État islamique, Al-Qaïda et le mouvement du groupe islamique combattant en Libye. Pour les groupes de défense de Benghazi et les nouveaux Frères musulmans, il n’y aura aucun dialogue. Nous traiterons avec eux par les armes. Aucun cessez-le-feu n’est envisageable avec eux", a-t-il asséné. Une allusion à peine voilée à certains des groupes armés, dont il accuse le Premier ministre d’union nationale, Fayez al-Sarraj, de s’être entouré pour assurer la défense d’une partie du pays.

Fayez al-Sarraj "ne possède que le verbe"

Ces propos interviennent pourtant au lendemain de l'adoption inédite d'une déclaration commune en dix points par Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar à l’issue d’une rencontre organisée près de Paris à l’initiative d’Emmanuel Macron, en présence de l'émissaire de l'ONU Ghassan Salamé. Les deux hommes se sont notamment engagés sur un cessez-le-feu dans le pays - à l’exclusion des combats contre les groupes terroristes – ainsi que sur la tenue d'élections au printemps 2018.

Mais au-delà de cette déclaration commune, Khalifa Haftar n’a pas caché ses réticences vis-à-vis de la position du Premier ministre libyen sous les ordres duquel il refuse de travailler : "Personne ne peut mettre la main sur Tripoli. C’est la ville de tous les Libyens. Il faut arrêter les fanfaronnades inutiles. C’est un ingénieur, il faut qu’il reste dans son domaine et s’éloigne de ces fanfaronnades. Il ne possède que le verbe", a-t-il ainsi déclaré, fort de la légitimité qu’il a tiré de sa rencontre avec Emmanuel Macron.

"Le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj ne possède que le verbe"


Pour Taoufik Mjaied, le général Haftar veut nettoyer la Libye de tous les groupes terroristes sans exception et refuse de siéger au sein d’un Conseil présidentiel où trois groupes terroristes sont représentés. Une armée unifiée est, pour lui, absolument indispensable en Libye.

>> À voir aussi sur France 24 : l'entretien exclusif avec le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj

Première publication : 26/07/2017

  • DIPLOMATIE

    Emmanuel Macron veut prendre la main sur le dossier libyen

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le général Haftar et Fayez al-Sarraj s'accordent sur un cessez-le-feu sous conditions

    En savoir plus

  • ENTRETIEN

    Exclusif : "Nous partageons la même vision d'un consensus politique", affirme le Premier ministre libyen

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)