Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, un nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel : la parole se libère sur la toile

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

EUROPE

L'UE prête à lancer une procédure sans précédent contre la Pologne

© Wojtek Radwanski, AFP | Des manifestants devant le bâtiment de la Cour suprême à Varsovie, le 21 juillet. La réforme de l'institution est dans le collimateur de Bruxelles.

Vidéo par Pierre BENAZET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/07/2017

La Commission européenne s'est dite prête mercredi à engager une procédure inédite, pouvant déboucher sur une suspension des droits de vote de la Pologne au sein du Conseil de l'Union, si Varsovie ne revenait pas sur sa réforme de la Cour suprême.

Bruxelles a encore durci le ton, mercredi 26 juillet, contre les réformes de la justice en Pologne, la Commission se disant "prête à déclencher immédiatement" la procédure pouvant suspendre les droits de vote dans l'Union européenne de Varsovie, qui a crié au "chantage".

La Commission européenne avait lancé une première salve d'avertissements la semaine dernière, en demandant la suspension des réformes controversées du gouvernement conservateur polonais, contestées par des manifestations massives. "Des choses ont changé en Pologne" depuis, a admis le vice-président de la Commission Frans Timmermans, en référence au veto inattendu du président Andrzej Duda, issu du parti au pouvoir, à deux des lois accusées de menacer l'indépendance de la justice.

L'article 7, souvent décrit comme "l'arme nucléaire"

Mais les inquiétudes de l'exécutif européen n'ont pas disparu, a prévenu Frans Timmermans, soucieux de la possibilité de voir certaines mesures controversées réapparaître dans les prochaines versions de ces textes. Concernant en particulier la réforme de la Cour suprême, il a demandé "aux autorités polonaises de ne prendre aucune mesure pour révoquer ou mettre à la retraite forcée" ses juges. "Si une telle mesure est prise, la Commission est prête à déclencher immédiatement la procédure de l'article 7", a averti le vice-président de la Commission.

Cet article du traité de l'UE, encore jamais utilisé, est souvent décrit comme "l'arme nucléaire" dans la panoplie de mesures que peut prendre l'Union contre l'un de ses membres. Au terme d'une procédure complexe, il peut déboucher sur une suspension des droits de vote d'un pays au sein du Conseil de l'Union, l'instance regroupant les 28 États membres. La Commission a donné mercredi un mois à la Pologne pour répondre à une nouvelle "recommandation" contre les risques pesant sur l'État de droit, une des valeurs fondamentales de l'UE.

"Nous n'accepterons aucun chantage de la part des fonctionnaires de l'UE, en particulier un chantage qui n'est pas fondé sur des faits", a répliqué sans tarder le porte-parole du gouvernement polonais, Rafał Bochenek. Toutefois, une unanimité des autres États membres serait nécessaire pour déboucher sur le scénario encore inédit d'une suspension des droits de vote la Pologne. La Hongrie a déjà prévenu qu'elle s'y opposerait.

Avec AFP

Première publication : 26/07/2017

  • POLOGNE

    La Commission européenne demande à la Pologne de "suspendre" ses réformes judiciaires

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Pologne : des milliers de manifestants à Varsovie contre le gouvernement

    En savoir plus

  • POLOGNE

    Pologne : des manifestants bloquent pendant quelques heures le Parlement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)