Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Air France : le tour de chauffe des syndicats

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La France craint un "cataclysme" en Syrie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Loi asile et immigration : Gérard Collomb essuie la critique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inquiétante disparition de jeunes filles au Nigeria

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi asile et immigration : un dossier explosif ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi asile et immigration : un dossier explosif ? (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : les étudiants contre les armes à feu

En savoir plus

FRANCE

Bruno Le Maire annonce la nationalisation provisoire des chantiers navals STX

© Mehdi Chebil, France 24 | La nationalisation de STX France coûtera 80 millions d'euros à l'État.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/07/2017

Bruno Le Maire a annoncé jeudi la nationalisation provisoire des chantiers navals STX de Saint-Nazaire pour la somme de 80 millions d'euros. "STX n'a pas vocation à rester dans le giron de l'État", a précisé le ministre de l'Économie.

Bruno Le Maire a annoncé, jeudi 27 juillet, la décision de l’État de provisoirement nationaliser les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). "STX n’a pas vocation à rester dans le giron de l’État", a précisé le ministre de l'Économie. Cette nationalisation coûtera 80 millions d’euros à l’État.

Le sort de STX fait l'objet depuis plusieurs mois d'un bras de fer entre le gouvernement italien et le nouvel exécutif français, qui a dénoncé un accord passé sous le quinquennat de François Hollande en avril dernier. Ce compromis prévoyait le rachat de 55 % STX France par le groupe italien Fincantieri (pour 48 %) associé à une fondation transalpine (7 %).

"Reprise des négociations" à Rome

La France avait menacé mercredi de nationaliser les chantiers navals de Saint-Nazaire si Rome n'acceptait pas un partage à 50-50 de son capital avec des intérêts publics hexagonaux. Paris dispose jusqu'à vendredi d'un droit sa préemption sur la totalité du capital.

Le groupe Fincantieri, qui souhaite conserver la majorité de STX, a réagi en déclarant qu'il n'avait pas un "besoin à tout prix" des chantiers de Saint-Nazaire.

Bruno Le Maire a laissé la porte ouverte aux discussions et a ajouté qu’il comptait se rendre à Rome pour "reprendre la négociation".

Avec Reuters

Première publication : 27/07/2017

  • FRANCE

    Dossier STX : Paris fait monter la pression dans le bras de fer franco-italien

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'État français renonce à nationaliser les chantiers navals STX de Saint-Nazaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    STX France signe une intention de commande de trois nouveaux paquebots

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)