Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

FRANCE

Bruno Le Maire annonce la nationalisation provisoire des chantiers navals STX

© Mehdi Chebil, France 24 | La nationalisation de STX France coûtera 80 millions d'euros à l'État.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/07/2017

Bruno Le Maire a annoncé jeudi la nationalisation provisoire des chantiers navals STX de Saint-Nazaire pour la somme de 80 millions d'euros. "STX n'a pas vocation à rester dans le giron de l'État", a précisé le ministre de l'Économie.

Bruno Le Maire a annoncé, jeudi 27 juillet, la décision de l’État de provisoirement nationaliser les chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). "STX n’a pas vocation à rester dans le giron de l’État", a précisé le ministre de l'Économie. Cette nationalisation coûtera 80 millions d’euros à l’État.

Le sort de STX fait l'objet depuis plusieurs mois d'un bras de fer entre le gouvernement italien et le nouvel exécutif français, qui a dénoncé un accord passé sous le quinquennat de François Hollande en avril dernier. Ce compromis prévoyait le rachat de 55 % STX France par le groupe italien Fincantieri (pour 48 %) associé à une fondation transalpine (7 %).

"Reprise des négociations" à Rome

La France avait menacé mercredi de nationaliser les chantiers navals de Saint-Nazaire si Rome n'acceptait pas un partage à 50-50 de son capital avec des intérêts publics hexagonaux. Paris dispose jusqu'à vendredi d'un droit sa préemption sur la totalité du capital.

Le groupe Fincantieri, qui souhaite conserver la majorité de STX, a réagi en déclarant qu'il n'avait pas un "besoin à tout prix" des chantiers de Saint-Nazaire.

Bruno Le Maire a laissé la porte ouverte aux discussions et a ajouté qu’il comptait se rendre à Rome pour "reprendre la négociation".

Avec Reuters

Première publication : 27/07/2017

  • FRANCE

    STX France signe une intention de commande de trois nouveaux paquebots

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'État français renonce à nationaliser les chantiers navals STX de Saint-Nazaire

    En savoir plus

  • FRANCE

    Dossier STX : Paris fait monter la pression dans le bras de fer franco-italien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)