Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue, le PDG entendu sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat...les sujets qui fâchent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

FOCUS

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

Afrique

Redha Malek, négociateur algérien des accords d'Évian, est mort

© APS, AFP | Redha Malek lorsqu'il était Premier ministre, en 1977.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/07/2017

Redha Malek, membre de la délégation algérienne lors de la négociation des accords d'Évian en mars 1962, est mort samedi à l'âge de 86 ans. Il sera inhumé dimanche à Alger.

Le dernier négociateur algérien des accords d'Évian de 1962, Redha Malek, est mort samedi 29 juillet à l’âge de 86 ans.

À tout juste 30 ans, ce diplomate, né le 21 décembre 1931 à Batna (nord-est de l'Algérie), avait pris part à l'élaboration de ce texte historique qui a mis fin à la guerre d’Algérie, avant de poursuivre une riche carrière diplomatique en tant qu’ambassadeur à Paris, Londres, Moscou, Washington ou encore Belgrade.

"Un des bâtisseurs du socle de la diplomatie algérienne"

Il avait également été Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et s’était de nouveau illustré en tant que négociateur en 1980 lors de la crise des otages américains en Iran.

"L'Algérie perd un témoin de son siècle, un patriote éclairé", a déclaré à l'AFP Abdelaziz Rahabi, diplomate et ancien ministre de la Communication. "C'est un des bâtisseurs du socle de la diplomatie algérienne."

Redha Malek a été membre du Haut comité de l'État (HCE), une instance collégiale qui a dirigé l'Algérie de 1992 à 1994. Il a également été Premier ministre de 1993 à 1994 avant de fonder un parti politique, l'Alliance nationale Républicaine (ANR), en 1995. Auteur de plusieurs livres, il était partisan de la séparation du pouvoir et du religieux.

Redha Malek sera inhumé dimanche au carré des martyrs au cimetière d'El Alia, à Alger.

Avec AFP

Première publication : 29/07/2017

  • ALGÉRIE

    Législatives en Algérie : le FLN et ses alliés conservent la majorité absolue

    En savoir plus

  • FRANCE

    Soixante ans après les indépendances, la colonisation reste une affaire politique en France

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE 2017

    En Algérie, Emmanuel Macron veut en finir avec les "querelles fratricides"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)