Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Je suis Daphne"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Réforme du travailleur détaché : vers un alignement des rémunérations

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Réduire un homme à un porc est aussi vain que considérer une femme comme un objet"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Somalie : au moins 300 morts dans le double attentat à la bombe à Mogadiscio

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 1)

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

Asie - pacifique

Tir de missile nord-coréen : Trump ne "permettra plus" que la Chine n'agisse pas

© Nicholas Kamm, AFP | Le président américain s'est dit "très déçu" par la Chine.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/07/2017

Le président américain Donald Trump a prévenu qu'il ne permettrait plus à la Chine de "ne rien faire" face à la Corée du Nord, après le tir d'un missile intercontinental réussi par Pyongyang, qui affirme pouvoir atteindre le territoire américain.

Après le tir vendredi d'un missile intercontinental par la Corée du Nord, le président américain Donald Trump a critiqué, samedi 29 juillet, l'inaction de la Chine face à son voisin.

Dans un message publié sur son compte Twitter, le locataire de la Maison Blanche s'est dit "très déçu" par la Chine et a estimé que le pays ne faisait rien pour aider les États-Unis sur le dossier nord-coréen. Il a ajouté qu’il ne permettrait plus à la République populaire de "ne rien faire" face à la Corée du Nord. "La Chine pourrait facilement résoudre ce problème !", a ajouté le président américain.

L'ambition nord-coréenne de se munir de la puissance nucléaire pose un épineux problème à Donald Trump, qui est en désaccord avec Pékin sur la manière de gérer le régime de Pyongyang. À plusieurs reprises, le président américain a pressé la Chine de contenir les ambitions de son récalcitrant voisin, mais Pékin lui rétorque que le dialogue est le seul moyen de faire influer les positions.

La Chine, principale alliée de Pyongyang, a cependant condamné le tir en soulignant qu'elle "s'oppose aux violations par la Corée du Nord des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU".

Le tweet de Donald Trump sur la Chine

>> À lire aussi : Hwasong-14, le missile nord-coréen qui change la donne

Survol de deux bombardiers américains

Deux bombardiers de l'US Air Force ont survolé samedi la péninsule coréenne en riposte aux récents essais de missile de la Corée du Nord, a annoncé dimanche l'armée américaine. Les avions ont décollé d'une base américaine de l'île de Guam, dans l'archipel des Mariannes, et ont été rejoints pendant l'exercice par des avions de combat japonais et sud-coréens.

"La Corée du Nord reste la menace la plus urgente à la stabilité régionale", a déclaré le général Terrence J. O'Shaughnessy, à la tête de l'aviation américaine dans le Pacifique. "Nous sommes prêts à répondre par une force rapide, mortelle et écrasante à l'heure et à l'endroit de notre choix", a-t-il ajouté.

La Corée du Nord affirme pouvoir atteindre les États-Unis

Le leader communiste nord-coréen Kim Jong-un s'est targué que l'ensemble du territoire des États-Unis est "à portée de tir (...) n'importe où, n'importe quand", après ce nouveau tir de missile balistique intercontinental (ICBM), jugé par les experts capable de toucher la côte est des États-Unis. Des experts estiment que le missile de vendredi serait significativement plus puissant. Kim Dong-yub, de l'Institut des études extrême-orientales de l'Université Kyungnam, en Corée du Sud, pense que Pyongyang pourrait avoir réussi à miniaturiser des charges jusqu'à 750 kg, ce qui donnerait une portée de 10 000 km à un missile.

"En tenant compte de la rotation de la Terre, cela signifie qu'il pourrait atteindre non seulement des villes de l'ouest mais également New York et Washington", a-t-il expliqué à l'AFP.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 30/07/2017

  • CORÉE DU NORD

    Missile intercontinental nord-coréen : Washington demande une réunion d'urgence au Conseil de sécurité

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord dit avoir testé avec succès un moteur pour missile intercontinental

    En savoir plus

  • CORÉES

    La Corée du Sud propose des discussions militaires à la Corée du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)