Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Guillaume Soro : "Je vais réfléchir" à une candidature à la présidentielle de 2020

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : L'opposition dénonce une fraude électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brésil : le "docteur Popotin" arrêté

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde : Les bleus champions du monde : une fierté française retrouvée

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Football : l'excellence de la formation française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vincent Cassel, l’homme aux mille visages

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Affaire Benalla : "Les voyous de l'État Macron"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Nouvelle loi fondamentale en Israël : "Un coup dur pour les minorités"

En savoir plus

REPORTERS

Maracaibo, miroir de tous les maux du Venezuela

En savoir plus

FRANCE

Panne à la gare Paris-Montparnasse : "Sans train aujourd'hui, on annulera nos vacances"

© Jacques Demarthon, AFP | Des voyageurs à la gare Montparnasse, le 31 juillet 2017.

Texte par Alcyone WEMAËRE

Dernière modification : 31/07/2017

Après un dimanche de chaos, la pagaille se poursuivait lundi à la gare de Paris-Montparnasse, provoquant l'exaspération de centaines de voyageurs bloqués, en raison d'une panne dont l'origine était toujours inconnue de la SNCF.

"Si on ne trouve pas un train pour La Rochelle aujourd’hui, on devra annuler nos vacances et rester en Île-de-France." Après une matinée à la gare Montparnasse à Paris, Mbessi, sa femme enceinte et leurs trois enfants s’apprêtaient, lundi midi, à prendre un bus, direction gare d’Austerlitz, leur dernière chance d’arriver à temps pour leur location de vacances. Mais ils n’ont pas la garantie d’avoir un train, leur a précisé un agent de la SNCF.

La panne de signalisation du dimanche 30 juillet a interrompu totalement le trafic, en plein week-end de chassé-croisé des vacances, générant le chaos dans cette gare qui dessert la Bretagne et le sud-ouest de la France, des destinations prisées en cette période de grandes vacances. Dimanche soir, la directrice de SNCF Voyages, Rachel Picard, a assuré que "près de 32 000 voyageurs étaient arrivés à destination" dans les deux sens, soit près de "85 % de ceux qui avaient prévu de voyager aujourd'hui".

Avec des trains réorientés au départ de la gare d'Austerlitz et trois TGV sur quatre prévus au départ, le trafic reprenait "très progressivement" lundi, selon la SNCF. De fait, sur le panneau d’affichage, seuls deux trains étaient signalés comme "supprimés". Le problème, c’est que l'origine de la panne, qui touche le "système signalisation en gare Montparnasse, qui commande plusieurs centaines d'aiguillages et de signaux", était toujours inconnue de la SNCF lundi à la mi-journée.

Lundi après-midi, la SNCF a, d'ailleurs, indiqué que le trafic ferroviaire serait complètement interrompu dans la nuit de lundi à mardi "entre 22 heures et 6 heures du matin" à la gare de Paris-Montparnasse afin d'effectuer les travaux de vérifications nécessaires sur le local de commandes de signalisation de Vanves, dans les Hauts-de-Seine. Cependant, "des trains seront détournés sur la gare d'Austerlitz, a déclaré à l'AFP une porte-parole de la SNCF.

"Le système SNCF est perturbé, mais pas nous"

Dans un café à proximité de la gare, Peter et son fils Nol, des Néerlandais vivant en Croatie, prennent les choses avec philosophie. Ils comptent prendre un train "pour le Sud" dans l’après-midi qui, pour l’instant, n’est pas annulé. Leur but : rejoindre l’Espagne pour faire le chemin de Compostelle. Et si leur train reste à quai ? "On ira en bus ou en avion. Le système SNCF est perturbé, mais pas nous", sourit Peter en savourant son verre de vin blanc.

Sur le parvis de la gare, Valentin et Antoine, des militaires, sont moins sereins : ils cherchent à rejoindre leur caserne à Poitiers, à seulement une heure trente de Paris, depuis hier. Ils ont dû dormir à l’hôtel et ce matin le train de 7 h n’est pas parti, ni celui de 8 h 30. Fatigués d’attendre, ils misent tout désormais sur le train de 16 h 01.

 

Eugene, un Irlandais vivant près de Saint-Nazaire, a reçu un SMS de la SNCF ce matin : train annulé. Il n’a pas vraiment d’impératif et, au pire, il pourra être hébergé à Paris. Est-t-il énervé contre la SNCF ? "Pas du tout. Ce serait encore pire en Irlande !", affirme-t-il.

 

Première publication : 31/07/2017

  • FRANCE

    Au procès des "chibanis", la SNCF réfute toute discrimination

    En savoir plus

  • RIO-2016

    JO-2016 : Haby Niaré, l’agent SNCF championne de Taekwondo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)