Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

Economie

Un cyber-blagueur trompe des responsables de la Maison Blanche

© Tasos Katopodis, AFP | Plusieurs responsables, dont le chef de la sécurité informatique de la Maison Blanche, se sont fait piégé par des faux mails.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/08/2017

Un mystérieux internaute britannique a dupé des responsables de la Maison Blanche, dont le directeur sortant de la communication Anthony Scaramucci, en se faisant passer pour d'autres membres de l'administration américaine.

"Je suis juste un gars avec un iPhone qui voulait prouver que la sécurité informatique à la Maison Blanche laissait à désirer". Un internaute britannique, qui utilise sur Twitter le pseudonyme Sinon Reborn, a réussi à piéger plusieurs hauts responsables de l'administration Trump en les contactant par email sous une fausse identité, a révélé CNN mardi 1er août.

Anthony Scaramucci, directeur de la communication fraîchement limogé, Eric Trump, l'un des fils du président, Jon Huntsman, le nouvel ambassadeur américain en Russie, et même Tom Bossert, conseiller à la sécurité informatique de la Maison Blanche, se sont fait avoir.

Le portable du Mr Cybersécurité de la Maison Blanche

Sinon Reborn a envoyé des courriels à tous ces hauts reponsables américains en se faisant passer pour l'un d'entre eux auprès des autres. Pour ce faire, il a créé une adresse électronique proche de celle utilisée par celui qu'il incarnait, comptant sur le fait que son interlocuteur ne prête pas attention aux détails.

La supercherie a fonctionné. Pour preuve de son succès, le blagueur a publié sur son compte Twitter des détails de ses échanges électroniques avec les uns et les autres tout au long du mois de juillet. En se faisant passer pour Jared Kushner, le gendre de Donald Trump, il a obtenu le numéro de téléphone portable du Mr Cybersécurité de la Maison Blanche, lui faisant croire qu'il l'invitait à une petite soirée arrosée.

Il s'est amusé avec Anthony Scaramucci en se faisant passer pour Reince Priebus, ancien secrétaire général de la Maison Blanche et ennemi juré de l'ex-directeur de la communication de Donald Trump. Complètement dupé et très agressif, Anthony Scaramucci assure au faux Priebus qu'il sait de quoi ce dernier est responsable et que si c'était "un homme, il s'excuserait".

De Goldman Sachs à Kevin Spacey

Eric Trump est le seul à s'être rendu rapidement compte de la supercherie. Pour le tromper, Sinon Reborn a tenté de se faire passer pour son frère Donald Trump Jr. Très vite, le blagueur est averti que les courriels ont été "envoyés aux autorités policières".

Contacté par CNN, l'usurpateur a assuré ne pas encore avoir eu de nouvelles des forces de l'ordre. Il a souligné que son but était simplement de se divertir et non pas d'obtenir des informations sensibles.

Il n'en est d'ailleurs pas à son coup d'essai avec la Maison Blanche. Il a déjà réussi à tromper Lloyd Blankfein, PDG de Goldman Sachs, Mark Carney, patron de la Banque centrale britannique ou encore l'acteur Kevin Spacey.

Si les blagues sont anodines, elles prouvent que certains reflexes de base en matière de sécurité informatique ne sont toujours pas appliqués par des personnalités parmi les plus influentes du monde.

C'est aussi grâce à un faux compte email que des pirates informatiques ont pu entrer en contact au printemps 2016 avec John Podesta, le directeur de campagne d'Hillary Clinton, la candidate malheureuse face à Donald Trump lors de la dernière présidentielle américaine. Les cybercriminels avaient ainsi réussi à récupérer l'accès à l'intégralité de la messagerie de John Podesta dont le contenu s'est ensuite retrouvé sur WikiLeaks.

Première publication : 01/08/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Moi, "Mooch" et méchant : comment Scaramucci a ébranlé la Maison Blanche

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Maison Blanche : Scaramucci limogé dix jours seulement après sa nomination

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump limoge le secrétaire général de la Maison Blanche Reince Priebus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)