Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Les marchés prudents après la victoire d'Angela Merkel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le crépuscule d'Angela Merkel"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Sénat résiste à la vague Macron"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Enfermer la femme, c'est s'emprisonner soi-même"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Tajani : "Le référendum catalan est illégal"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Macron signant les ordonnances : une mise en scène "à l'américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'île Maurice dépassée par le trafic de drogue

En savoir plus

SCIENCES

À partir du 2 août, l’humanité utilise les ressources de la Terre à crédit

© Ashraf Shazly, AFP | Au nord du Soudan, la sécheresse a fait craquelé les sols.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/08/2017

Mercredi 2 août, les être humains auront déjà consommé plus de ressources que ce que la Terre peut leur fournir en un an. L'humanité vivra donc "à crédit" sur Terre jusqu'au 31 décembre 2017.

C’est ce que les écologistes appellent le "jour du dépassement". Ce mercredi 2 août, l’humanité a déjà consommé toutes les ressources que la Terre peut renouveler en un an et vivra donc "à crédit" jusqu’au 31 décembre.

L'ONG Global Footprint Network, qui calcule cette date en prenant en compte l'empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction et l'utilisation d'eau, rappelle qu’elle arrive tous les ans plus tôt. En 2016, le "jour du dépassement" était intervenu le 3 août. En 1997, il survenait fin septembre.

Dans un communiqué, Global Footprint Network et le WWF dresse un bilan alarmant : "Pour subvenir à nos besoins, nous avons aujourd'hui besoin de l'équivalent de 1,7 planète", assurent les ONG.

Pierre Cannet, responsable du programme Climat de l'ONG WWF

"Le coût de cette surconsommation est déjà visible : pénuries en eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces", précisent-elles.

Pourtant, les deux ONG soulignent également "des signes encourageants" et indiquent qu'"il est possible d'inverser la tendance". Malgré la croissance de l'économie mondiale, "les émissions de CO2 liées à l'énergie n'ont pas augmenté en 2016 pour la troisième année consécutive", relèvent-elles.

Un "sursaut pour la planète"

Dans une tribune publiée sur le site du Monde, Nicolas Hulot appelle à un "sursaut pour la planète". Le ministre de la transition écologique et solidaire voit cependant au moins cinq "profondes raisons d'espérer".

"La transition écologique est en train de faire ses preuves en économie. Jamais les prix des énergies renouvelables n'ont été aussi bas, laissant entrevoir un avenir sans énergies fossiles", note-t-il. "Les constructeurs automobiles s'apprêtent à tripler l'offre de véhicules électriques d'ici à 2020" et "l'agriculture biologique décolle".

Il mentionne aussi la loi sur la biodiversité de 2016, y voyant "un puissant outil de mobilisation pour les territoires urbains et ruraux" français.

Avec AFP

Première publication : 02/08/2017

  • FRANCE

    Infographie : les incendies dans le sud-est de la France

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Près de 80 % des plastiques produits ne sont pas recyclés, selon une étude américaine

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Un iceberg deux fois plus grand que le Luxembourg s'est détaché de l'Antarctique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)