Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

FRANCE

L'un des deux bébés pandas du zoo de Beauval est mort, son jumeau en bonne santé

© Guillaume Souvant / AFP | Le deuxième bébé panda de Huan Huan àSaint-Aignan-sur-Cher, le 4 aôut 2017.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2017

Les équipes du zoo de Beauval ont vécu la naissance des pandas jumeaux de Huan Huan, dans la nuit de vendredi à samedi. Le bébé le plus faible n'a malheureusement pas survécu, l'autre se porte bien.

Tristesse et joie mélées. Les équipes du zoo de Beauval, dans le Loir-et-Cher, ont vécu la naissance de deux bébés pandas dans la nuit de vendredi à samedi. Le premier, plus faible, est mort peu après 23 h 30 mais son frère ainsi que la mère Huan Huan ("Joyeuse") vont bien.

Le petit décédé "était bien trop faible pour survivre. Les soigneuses chinoises, qui ont l'expérience, l'ont vu tout de suite", a indiqué le directeur du zoo, Rodolphe Delord. "Nos équipes vétérinaires ont fait le maximum pour le ramener, mais il était trop petit, trop faible", a-t-il déploré.

Le nouveau-né viable pèse 142,4 grammes, a précisé le chef vétérinaire du zoo Baptiste Mulot. "La Chine choisira le nom du bébé", un mâle nommé provisoirement par le zoo "Mini-Yuan Zi", nom inspiré de celui de son père Yuan Zi, a expliqué le directeur.

Né à 22 h 18, le premier né avait été immédiatement écarté par sa mère au profit de son jumeau né à 22 h 32. Guidée par son instinct, Huan Huan "a spontanément choisi le plus vigoureux, comme les mères pandas le font dans la nature", a expliqué Rodolphe Delord. Elle l'a léché, le prenant délicatement dans ses pattes dans un geste très maternel comme elle l'avait fait auparavant pour le premier né.

"La première semaine est la plus difficile car il est encore très fragile", a averti Baptiste Mulot. Le petit panda, le premier à naître sur le sol français, "est vigoureux" et "tête sa mère", a aussitôt rassuré le vétérinaire.

"Une très bonne mère"

Placé en couveuse une vingtaine de minutes après sa naissance pour les premiers soins, il a ensuite été rendu à sa mère qui le réclamait, s'agrippant aux barreaux de sa loge. "Huan Huan est une très bonne mère mais c'est une primipare qui n'a pas d'expérience. Donc, nous lui donnons un petit coup de main", a commenté le directeur du zoo de Beauval. "C'est une mère très protectrice, ce qui est très bien, mais cela complique un peu la tâche des soigneuses chinoises pour lui retirer le bébé environ toutes les deux heures", a expliqué le vétérinaire.

Indifférente à la fébrilité en coulisses des équipes du zoo, Huan Huan avait trompé son monde vendredi après-midi : surveillée 24 heures sur 24 grâce à cinq caméras et un micro, la parturiente actuellement la plus célèbre de France ne présentait pas les signes d'agitation qui annoncent normalement une mise bas dans les 24 heures. Durant le travail de Huan Huan, seules les deux soigneuses chinoises venues spécialement restaient à proximité.

Des pandas géants stars du zoo

Dans la foule des visiteurs estivaux, les pandas géants de Beauval prêtés par la Chine, âgés de neuf ans, sont plus que jamais des stars. Mais seul le mâle et père biologique Yuan Zi ("Fils de celui qui a la tête ronde") est visible. Pour voir évoluer toute la petite famille dans son enclos, il faudra attendre au moins trois mois : le temps que le bébé panda ouvre les yeux, se couvre de poils et prenne des forces. D'ici là, cinq écrans géants retraceront pour les visiteurs la "saga" de Huan Huan et Yuan Zi, arrivés en France en 2012, avec notamment la difficile reproduction des pandas illustrée par une scène drolatique de l'accouplement raté en mars, ou encore l'insémination artificielle durant la courte période de chaleurs de Huan Huan. Les fans du seul couple de pandas présent en France pourront aussi revoir l'annonce de la gestation, avec les images des échographies.

En dehors de Chine, seuls 22 parcs zoologiques dans le monde possèdent des pandas. Huan Huan et Yuan Zi ont été prêtés pour dix ans. Comme le veut la règle, ils n'ont pu venir en France qu'après que le chef de l'État français - Nicolas Sarkozy à l'époque - l'eut demandé en personne au président chinois. La naissance d'un bébé panda est donc un événement autant diplomatique que médiatique : selon l'usage, Brigitte Macron, qui s'est dit "très heureuse", sera, avec la Première dame chinoise, la marraine du nouveau-né, qui sera remis à la Chine d'ici à trois ans, lorsqu'il sera sevré. Les pandas géants sont sur la liste rouge mondiale des espèces menacées établie par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) du fait notamment du réchauffement climatique qui menace leur habitat et leur nourriture.

Avec AFP

Première publication : 05/08/2017

COMMENTAIRE(S)