Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Le commandant Nicolas Maduro va poursuivre la révolution"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La fête est finie"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le best of du Festival de Cannes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2018 : le Japonais Kore-Eda remporte la Palme d'or

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : le risque régional d'épidémie d'Ebola est élevé (OMS)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Michel Platini confesse une " petite magouille " lors du Mondial 1998

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Commerce international : Donald Trump maintient la Chine sous pression

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Ambassade américaine à Jérusalem : célébration à Jérusalem, violences à Gaza.

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cannes 2018 : "Capharnaüm", film coup de poing de Nadine Labaki

En savoir plus

EUROPE

Londres est prêt à payer 40 milliards d'euros pour le Brexit

© Niklas Hallen, AFP | Vue aérienne du quartier financier de Londres, le premier août 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/08/2017

Le Royaume-Uni est prêt à payer jusqu'à 40 milliards d'euros dans le cadre d'un accord pour quitter l'Union européenne, a rapporté dimanche le Sunday Telegraph, citant des sources gouvernementales.

Le Royaume-Uni est prêt à payer jusqu'à 40 milliards d'euros à l'Union européenne dans le cadre du règlement financier qui accompagnera sa sortie de l'UE, rapporte dimanche 6 août le Sunday Telegraph, citant des sources gouvernementales.

C'est la première fois qu'est avancé de source britannique un montant chiffré de la future facture du Brexit. La somme évoquée est bien inférieure à celle évaluée officieusement, entre 60 et 100 milliards d'euros côté européen.

Interrogée à ce sujet par l'AFP, une source gouvernementale a refusé de s'exprimer sur des "spéculations", soulignant que Londres "respecterait ses obligations internationales" vis à vis de l'UE, mais ne paierait "pas plus que ce qui est nécessaire".

Le journal ajoute que le Royaume-Uni acceptera de payer à condition que l'UE accepte de négocier le règlement financier dans le cadre d'un accord général sur les futures relations entre Londres et le bloc européen, et notamment sur les relations commerciales.

Bruxelles, pour sa part, estime qu'avant que des discussions sur un accord de libre échange ne puissent commencer, des progrès doivent être faits sur le règlement financier, ainsi que sur les droits des citoyens européens résidant au Royaume-Uni et sur la question de la frontière entre l'Irlande du Nord et l'Irlande.

10 milliards d'euros par an

Selon le Telegraph, les responsables britanniques envisagent de proposer une transaction dans laquelle le Royaume-Uni continuerait à effectuer des paiements annuels de 10 milliards d'euros nets à l'UE pendant une durée pouvant atteindre trois ans après son départ de l'Union, qui doit intervenir en mars 2019.

Ces sommes, qui seraient versées en contrepartie d'un accès maintenu de Londres au marché unique européen, constitueraient "un acompte" sur la facture finale.

Le négociateur en chef de l'UE, le Français Michel Barnier, a jusqu'à présent refusé de citer publiquement un chiffre pour la facture du départ du Royaume-Uni.

Il a déclaré que la "méthodologie" qui sera utilisée pour déterminer combien le pays sortant paiera devrait être élaborée au cours de la première phase des négociations du Brexit, qui doit prendre fin en octobre.

Côté britannique, le ministre des Finances Philip Hammond avait assuré en juillet dernier que son pays honorerait ses dettes vis-à-vis de l'Union européenne. "Nous sommes un pays qui honore ses obligations. Si il y a un montant que nous devons et qu'il est correctement quantifié et vérifié, bien sûr que nous nous en acquitterons. Nous ne sommes pas un pays qui fuit ses dettes", avait-il déclaré, jugeant toutefois "ridicule" et "fantaisiste" le montant de 100 milliards d'euros parfois avancé.

Avec AFP

Première publication : 06/08/2017

  • UNION EUROPÉENNE

    Brexit : la photo qui en dit long sur l’état des négociations entre Londres et Bruxelles

    En savoir plus

  • FRANCE

    Brexit : Londres accuse Paris de chercher à torpiller la City

    En savoir plus

  • FINANCE

    Brexit : le gouvernement veut faire de Paris la nouvelle City européenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)