Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga a saisi la cour suprême

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le gouvernement veut taxer les grandes entreprises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

Asie - pacifique

Tir de missile nord-coréen : l'ONU durcit ses sanctions contre Pyongyang

© Nicholas Kamm, AFP | Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté à l'unanimité de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/08/2017

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté à l'unanimité de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, susceptibles de réduire d'un milliard de dollars les exportations annuelles nord-coréennes.

Une nouvelle riposte des Nations unies aux programmes balistique et nucléaire nord-coréens. Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté samedi 5 août à l'unanimité une résolution renforçant sensiblement les sanctions déjà imposées à la Corée du Nord, qui, si elle est respectée, devrait priver Pyongyang d'un milliard de dollars de recettes annuelles.

Le texte représente un certain succès pour les États-Unis, qui ont su convaincre leurs partenaires chinois, premier soutien de Pyongyang, et russe de renforcer la pression internationale contre un pays accusé d'être une "menace mondiale".

La résolution présentée par les États-Unis proscrit l'exportation de charbon, fer, minerai de fer, plomb, minerai de plomb et fruits de mer coréens. Elle interdit en outre l'établissement de nouvelles co-entreprises avec la Corée du Nord ou l'apport de nouveaux financements à des co-entreprises existantes, et proscrit l'augmentation du nombre d'employés nord-coréens travaillant à l'étranger. 

>> À lire aussi : Hwasong-14, le missile nord-coréen qui change la donne

Les explications de notre correspondant à Séoul

Quel impact sur Pyongyang?

Cette résolution a pour objectif de pousser Pyongyang à la négociation après son premier tir d'un missile intercontinental le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. La Corée du Nord a procédé le 28 juillet au tir d'un second engin similaire.

Le président américain Donald Trump a salué sur Twitter le vote unanime du Conseil de sécurité, soulignant que les nouvelles sanctions auraient "un très important impact financier" sur Pyongyang. "Un coût de plus d'un milliard de dollars pour la Corée du Nord", a-t-il estimé. Peu après, la Maison Blanche a indiqué dans un communiqué que "le président apprécie la coopération de la Chine et de la Russie pour assurer l'adoption de cette résolution".

Le message de Donald Trump

La balle est désormais dans le camp nord-coréen qui "doit répondre" aux demandes internationales, a déclaré l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley. "Ce sont les sanctions les plus strictes contre un pays depuis une génération", a-t-elle lancé. Il est "plus que jamais urgent de mettre un terme aux programmes nucléaire et balistique nord-coréens et de ramener Pyongyang à la table des négociations", a renchéri son homologue français, François Delattre.

La réaction de l'ambassadrice américaine à l'ONU, Nikki Haley

Rencontre entre ministres chinois et nord-coréen à Manille

Au lendemain de la résolution du Conseil de sécurité, Washington et Pékin ont renouvelé dimanche à Manille les pressions sur la Corée du Nord en marge d'une réunion régionale sur la sécurité. Le secrétaire d'État américain Rex Tillerson s'est dit encouragé par le vote. Mais des responsables américains ont prévenu que Washington voulait surveiller de près la Chine, principal allié et partenaire commercial de Pyongyang, afin de faire en sorte que les sanctions soient respectées.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a d’ailleurs rencontré dans la capitale philippine son homologue nord-coréen Ri Hong-Yo et appelé Pyongyang à cesser ses essais nucléaires et balistiques. La nouvelle résolution va "aider la Corée du Nord à prendre une décision bonne et intelligente", a déclaré le ministre chinois à la presse.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 06/08/2017

  • CORÉE DU NORD

    Missile intercontinental nord-coréen : Washington demande une réunion d'urgence au Conseil de sécurité

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord dit avoir testé avec succès un moteur pour missile intercontinental

    En savoir plus

  • CORÉES

    La Corée du Sud propose des discussions militaires à la Corée du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)