Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Laurent Wauquiez : quel projet pour la droite ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sécurité au Sahel : "L'ennemi a évolué, mais nous aussi", estime l'amiral Isnard

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Chilla, un nouveau visage du hip-hop féminin français

En savoir plus

FOCUS

Sénatoriale dans l’Alabama : une élection qui divise sur fond de pédophilie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Super Poutine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'OMC sous la pression des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Laurent Wauquiez, adroit ou à droite?"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mahamadou Issoufou : "L’État malien peut s’écrouler"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RD Congo : 14 Casques bleus tués dans le Nord-Kivu

En savoir plus

Afrique

Mauritanie : le "oui" l'emporte au référendum constitutionnel contesté par l'opposition

© AFP | Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, lors de son vote à Nouakchott, le 5 août 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/08/2017

Les électeurs mauritaniens ont voté "oui" à 85 %, selon les résultats dévoilés dimanche par la commission électorale. La participation s'est élevée à 53,73 %. L'opposition radicale conteste les résultats.

Le "oui" l'a largement emporté, lors du référendum constitutionnel organisé samedi 5 août en Mauritanie, selon les résultats dévoilés dimanche par la commission électorale. Une nette victoire pour le président Mohamed Ould Abdel Aziz, bien que contestée par l'opposition.

Quelque 1,4 million de Mauritaniens étaient appelés à se prononcer notamment sur le remplacement du Sénat par des Conseils régionaux élus et une modification du drapeau national, auquel seraient ajoutées deux bandes rouges pour "valoriser le sacrifice des martyrs" de la résistance à la colonisation française, qui s'est achevée en 1960.

Le taux de participation s'est élevé à 53,73 % et 85 % des votants ont approuvé les changements proposés via ce référendum. L'opposition radicale, réunie dans une coalition de huit partis et organisations, avait appelé au boycott du scrutin.

Ancien général élu en 2009, réélu en 2014 pour cinq ans, après être arrivé au pouvoir par un coup d'État en 2008, le président Mohamed Ould Abdel Aziz a laissé entendre que cette modification de la Constitution ne serait probablement pas la dernière.

Avec AFP

Première publication : 07/08/2017

  • SAHEL

    G5 Sahel : "La France ne peut pas continuer à supporter seule le fardeau de la lutte antiterroriste"

    En savoir plus

  • MALI

    Mali : cinq pays du Sahel envisagent une force commune pour "lutter contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Le président mauritanien a-t-il interrompu la finale de la Supercoupe ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)