Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"En Espagne, l'article 155 pour sauver les Catalans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la "flat tax" sur les revenus du capital adoptée à l'Assemblée

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Centrales nucléaires : opérations démantèlement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'art de perdre, d'Alice Zeniter

En savoir plus

Afrique

Afrique du Sud : échec de la motion de censure contre Zuma

© Rodger Bosch, AFP | Le président sud-africain, Jacob Zuma, devant le Parlement, le 13 septembre 2016.

Vidéo par Zohra BEN MILOUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/08/2017

Les députés sud-africains ont voté, mardi, contre une motion de défiance visant le président Jacob Zuma, empêtré dans des scandales politico-financiers. L'opposition espérait l'emporter grâce au vote à bulletin secret.

Motion de défiance rejetée. Le président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma, a survécu une nouvelle fois à une motion de censure à son encontre, mardi 8 août. Empêtré dans une série de scandales politico-financiers, il est tenu comme responsable, par l'opposition, de la récession économique que subit son pays. Cette dernière comptait sur le vote à bulletin secret pour rallier une partie des députés de la majorité

"Les résultats du vote sont les suivants : 177 en faveur de la motion, 198 contre et 9 abstentions", a déclaré la présidente du Parlement, Baleka Mbete, sous les acclamations des parlementaires de la majorité.

L’opposition, qui avait déposé la motion, espèrait rallier des députés du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC) – où les critiques contre Jacob Zuma ne cessent de croître – pour recueillir la majorité et faire tomber le chef de l’État et son gouvernement.

Limogeage d'un anti-corruption

Le parti majoritaire a mal digéré son revers historique aux élections municipales d'août 2016 et difficilement accepté le limogeage en mars du ministre des Finances, Pravin Gordhan, pourfendeur de la corruption, remplacé par un fidèle du président. Les appels à la démission de Jacob Zuma se multiplient donc, venant aussi bien de vétérans de l'ANC, de syndicats que de personnalités politiques, comme Pravin Gordhan.

Il était toutefois peu probable que la motion de défiance l'emporte. L'ANC, qui possède la confortable majorité de 249 sièges au Parlement, se savait sûr de sa force. Le 7 août, il affirmait qu'il n'avait "aucun doute sur l'échec de cette motion, comme ce fut le cas pour beaucoup d'autres dans le passé". Le président Zuma, 75 ans et au pouvoir depuis 2009, a déjà survécu à trois motions de défiance votées, elles, sans bulletins secrets.

Caroline Dumay, correspondante de France 24 en Afrique du Sud

Avec AFP

Première publication : 08/08/2017

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : l'opposition à nouveau dans la rue pour réclamer le départ du président Zuma

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Afrique du Sud : des milliers de manifestants réclament le départ de Jacob Zuma

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU SUD

    Vidéo : bagarre au Parlement sud-africain avant un discours du président Zuma

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)