Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Etranger résident" : Marin Karmitz dévoile sa collection de photographies

En savoir plus

Moyen-Orient

La menace d'une mise en examen pour corruption plane sur Benjamin Netanyahou

© AFP (archive) | La justice ressert son étau autour de Benjamin Netanyahou.

Texte par Sylvain ATTAL

Dernière modification : 08/08/2017

C’est peut-être le début de la fin pour le Premier ministre israélien, qui pourrait être bientôt mis en examen pour corruption. Un de ses hommes lige a accepté de collaborer avec le parquet pour éviter la prison.

Depuis huit ans qu’il est au pouvoir (un record) en Israël, Benjamin Netanyahou, visé par de nombreuses enquêtes, a fait preuve d’une étonnante capacité de résilience. La gauche dénonçait encore il y a peu la lenteur de la justice à faire la lumière sur les quatre affaires qui visent le Premier ministre. Mais les choses risquent de s’accélérer avec cette prise de choix : Ari Harow, ancien chef de cabinet et protégé de Benjamin Netanyahou. Soupçonné d’avoir utilisé sa position pour conforter son activité de lobbyiste, il vient de conclure avec le procureur de l’État un accord destiné à lui éviter la prison en échange de son témoignage dans les différentes enquêtes visant son ancien patron.

Quelques jours auparavant, la police israélienne avait confirmé que Benjamin Netanyahou était officiellement soupçonné de corruption et d’abus de confiance dans deux affaires qui le visent. Et nul n’imagine que le procureur de l’État aurait accordé une telle immunité s’il pensait qu’Ari Harow ne disposait pas d’éléments potentiellement accablants pour le Premier ministre, son épouse et un de ses fils également mis en cause.

Face aux accusations, la stratégie du mépris

Dans une vidéo mise en ligne sur Facebook, Benjamin Netanyahou fait mine de traiter ce dernier développement par le mépris. "En dépit de ce bruit de fond, dit-il, je continuerai à vous servir. Il ne se passera rien parce qu’il n’y a rien." Le Premier ministre estime sans doute que les faits qui lui sont reprochés ne pèseront pas suffisamment lourd pour que la justice poursuive pour la première fois un chef de gouvernement en activité. En attendant, l’avocat général a annoncé qu’il demanderait la mise en examen de son épouse Sarah, soupçonnée d’avoir utilisé des fonds publics pour ses dépenses personnelles. Elle est aussi impliquée dans la première affaire visant son mari : tous les deux, ainsi que l’un de leurs fils Yaïr, sont accusés d’avoir reçu pour plus de 100 000 euros de cadeaux (cigares, champagne, bijoux) de la part de deux milliardaires. Pour l’instant il n’a pas pu être établi si les deux "bienfaiteurs" des Netanyahou ont bénéficié de faveurs en échange ou s’il ne s’agissait, comme l’affirme le Premier ministre, que de "marques d’amitié".

La deuxième affaire pour laquelle le Premier ministre est considéré comme suspect concerne son intervention personnelle dans la rivalité entre les deux principaux journaux israéliens : le gratuit Israël Hayom, dernier né dans le paysage médiatique et devenu le plus gros tirage, propriété de l’homme d’affaires américain Sheldon Adelson, soutien de longue date du Premier ministre mais aussi de Donald Trump. Et Yedioth Aharonoth, un titre historique qui s’est fait détrôner de sa première place. Dans des enregistrements rendus publics, le patron du principal journal israélien, Arnon Mozes, rivalisant de cynisme avec Benjamin Netanyahou qu’il traitait jusque-là en ennemi personnel, lui proposait un aggiornamento stupéfiant. En échange d’une couverture favorable de son action dans Yedioth, il demandait au chef du gouvernement de freiner le développement de son concurrent. Pris en flagrant délit, Benjamin Netanyahou affirme qu’il n’était pas sérieux et voulait simplement voir jusqu’où Mozes était prêt à se compromettre. Par ailleurs, la Cour suprême vient d’ordonner que les conversations téléphoniques entre Netanyahou et Adelson soient aussi rendues publiques au nom du droit à l’information. Leur contenu pourrait avoir un effet dévastateur sur la ligne de défense du Premier ministre.

Netanyahou l’insubmersible

La "trahison" d’Ari Harow pourrait avoir d’autres conséquences. Le "repenti" pourrait en effet en savoir long sur le rôle de Benjamin Netanyahou dans deux autres affaires de corruption et de trafic d’influence qui éclaboussent un certain nombre de ses proches et des responsables de l’armée. La plus embarrassante, potentiellement, porte sur un contrat de fourniture de sous-marins allemands par Thyssen-Krupp à la marine israélienne. Un contrat de plus d’un milliard d’euros que le gouvernement allemand vient de suspendre, fleurant un scandale possible de commissions occultes. Le Premier ministre est accusé d’avoir surévalué les besoins de la marine. De là à penser qu’il ait pu récupérer une part du gâteau…

Netanyahou, l’insubmersible, n’a pourtant pas dit son dernier mot. Sa base politique reste solide dans l’opinion israélienne et ses rivaux potentiels restent étonnement discrets. Il faut dire que tous ceux qui sont sortis du bois jusqu’ici n’ont pas été particulièrement chanceux. Le Likoud commence donc à organiser la défense populaire de Bibi poursuivi par "les juges et la gauche".

En dernier recours, le Premier ministre pourrait même provoquer de nouvelles élections. Une perspective qui terrorise l’opposition désunie et toujours aussi affaiblie. Jouer le peuple contre les juges, une stratégie classique pour politicien aux abois. Mais qui a déjà fait ses preuves.

Première publication : 08/08/2017

  • FRANCE

    Pour Emmanuel Macron, l’antisionisme est l’antisémitisme "réinventé"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Israël : des proches de Netanyahou visés par une enquête sur un contrat de défense avec l'Allemagne

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Israël : Benjamin Netanyahou interrogé par la police pour corruption

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)