Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Afrique

Afrique : "Le franc CFA est un outil de la servitude volontaire"

© Issouf Sanogo, AFP | Le Franc CFA, utilisé dans 15 pays africains, est à parité fixe avec l'euro. Pour ses détracteurs, il freine le développement des pays qui l'utilisent.

Vidéo par Ali LAIDI

Texte par Rémi CARLIER

Dernière modification : 10/08/2017

Le franc CFA nuirait au développement des pays africains qui l’utilisent, selon l’économiste et ancien ministre togolais Kako Nubukpo. Une opinion de plus en plus répandue sur le continent.

Utilisé depuis 1945 dans 14 États d’Afrique subsaharienne, le franc CFA a aujourd’hui de nombreux détracteurs sur le continent. Plusieurs dirigeants ou spécialistes, dont le président tchadien Idriss Déby Itno, voient dans cette monnaie, à parité fixe avec l’euro, un frein au développement.

La critique de l’ex-franc des colonies françaises d’Afrique, devenu aujourd’hui franc de la Communauté financière en Afrique pour la zone UEMOA (Afrique de l’Ouest) et franc de la Coopération financière en Afrique pour la Cemac (Afrique centrale) est au cœur du livre de Kako Nubukpo, "Sortir l’Afrique de la servitude monétaire". Invité sur le plateau de France 24, l’économiste et ancien ministre de la Prospective du Togo ne mâche pas ses mots sur ce qu’il qualifie "d’outil de la servitude volontaire".

>> Voir l'entretien : Patrice Talon : "dévaluer le franc CFA n’apporterait que plus de misère au Bénin"

Échanges très faibles

Selon lui, l’usage de cette monnaie, produite en France et garantie par le Trésor français, pose quatre problèmes principaux. Il constate d'abord que les échanges entre économies de la zone franc sont très faibles, à 15 % (contre 60 % pour l’Union européenne). Ensuite, qu’une monnaie arrimée à l’euro, et donc trop forte pour l’économie locale, empêche la compétitivité, car "elle agit comme une taxe sur les exportations et une subvention sur les importations". Ainsi, en dehors du cas notable la Côte d’Ivoire, premier exportateur mondial de cacao, "toutes les balances commerciales des économies de la zone franc sont déficitaires", affirme l’économiste.

De plus, les économies de la zone, où les banques rationnent les crédits et prêtent très peu, sinon avec des taux très élevés, souffrent de sous-financement chronique, ajoute-t-il, dénonçant les États qui ne se préoccupent pas suffisamment de croissance économique, préférant se concentrer sur la lutte contre l’inflation.

Kako Nubukpo surenchérit avec "l’absurdité" de l’existence de deux zones franc distinctes pour le franc CFA (UEMOA et Cemac), obligeant au changement de billets lors du passage d’une zone à l’autre.

D’autres acteurs, comme le mouvement panafricain "non au franc CFA", fustigent la monnaie et son principe de liberté de circulation des capitaux "qui facilitent le rapatriement des capitaux africains vers la Suisse et la France". Le président tchadien Idriss Déby Itno réclame de son côté que le franc CFA devienne une monnaie souveraine pour les États qui l’utilisent et donc indépendante du Trésor français. "Le franc CFA est certes un facteur d’intégration très important, mais nous n’avons pas la possibilité de placer ne serait-ce qu’une partie de nos ressources dans le circuit bancaire pour qu’elles génèrent des intérêts. Les sommes en jeu se chiffrent en dizaines de milliards", déclarait-il en février à Jeune Afrique, en opposition avec le président ivoirien Alassane Ouattara, qui loue cette devise et la garantie de stabilité qu’elle offre.

Démographie galopante

"Avoir une monnaie plus flexible pourrait permettre d’avoir des marges de manœuvre", défend Kako Nubukpo. De quoi apporter des solutions plus pérennes à une population jeune et dynamique qui "a besoin d’activité, de crédit et d’emploi".

Pour l'ancien ministre, "l’émergence de l’Afrique [doit passer] par la reconquête des instruments de sa souveraineté économique", libérée des critères de convergence imposés par le FMI et la Banque mondiale et de la "parité rigide avec l’euro".

Idriss Déby Itno rappelle dans un entretien au Monde que l'ancien président français François Hollande "était ouvert à une renégociation", qui ne peut avoir lieu qu'avec l'accord des quatorze pays de la zone CFA, "pour que le Trésor français ne nous gère plus".

Première publication : 10/08/2017

  • ÉCONOMIE

    Le FMI reste optimiste et prévoit toujours une reprise de l'économie mondiale

    En savoir plus

  • TOURISME

    France : le tourisme repart à la hausse au printemps et fait mieux qu’avant les attentats

    En savoir plus

  • WEBDOC

    Webdoc : Histoires de corruption ordinaires à la Banque mondiale

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)