Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

SPORT

Mondiaux d’athlétisme : le Turc Guliyev coiffe les ténors en finale du 200 m

© Jewel Samad, AFP | Ramil Guliyev, sacré sur le 200 m devant les stars.

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 10/08/2017

Le successeur d'Usain Bolt, champion du monde sortant sur le 200 m en 2015, ne s'appelle ni Wayde Van Niekerk, ni Isaac Makwala. Contre toute attente, le Turc Guliyev a dompté les stars et offre un premier sacre à son pays.

Personne, ou presque, ne l’avait vu venir. Au soir d’une finale du 200 m, mercredi 10 août, où l’on attendait un choc entre la nouvelle star sud-africaine Wayde Van Niekerk et le revenant botswanais Isaac Makwala, c’est finalement le Turc Ramil Guliyev qui a décroché l’or sur le demi-tour de piste. L’Azéri, naturalisé turc en 2011, a rapporté à son pays d’adoption sa toute première couronne mondiale en athlétisme, au terme d’une dernière ligne droite de folie.

Il devance le grand favori de la course, Van Niekerk, qui ne réalisera donc pas le doublé 200-400, comme l’avait fait son illustre prédécesseur Michael Johnson aux Mondiaux de Göteborg, en 1995. Une grosse frustration pour le recordman du monde du tour de piste qui, à 25 ans, devrait toutefois avoir d’autres opportunités d’étoffer sa légende sur la piste.

Si le Trinidadien Jereem Richards complète le podium, en 20"11 également, l’histoire retiendra surtout que la semaine compliquée du Botswanais Makwala n’a pas connu l’épilogue dont il rêvait. Écarté du 400 m en raison d’un virus et repêché in extremis sur le 200 m, il a échoué sans sa quête du sacre, bouclant sa course au sixième rang (20"44).

Deux doublés pour les États-Unis

Parmi les autres grands moments de cette nouvelle soirée londonienne, on retiendra notamment l’épilogue haletant d’une finale du triple-saut qui a tenu toutes ses promesses. Au coude-à-coude avec son compatriote Will Claye durant tout le concours, l’immense favori Christian Taylor a finalement décroché un troisième titre mondial pour six petits centimètres (17,68 m contre 17,63 m). Troisième sur la boîte, le Portugais Nelson Evora pointe à plus de 40 cm des Américains, avec un saut à 17,19 m.

Et les États-Unis ont même signé un deuxième doublé dans la soirée, avec la victoire de Kori Carter en finale du 400 m haies, juste devant la favorite Dalilah Muhammad. La Jamaïcaine Ristananna Tracey complète le podium.

Première publication : 10/08/2017

  • SPORT

    Mondiaux d'athlétisme : pas de dixième couronne pour l'Américaine Allyson Felix

    En savoir plus

  • SPORT

    Mondiaux d'athlétisme : Pierre-Ambroise Bosse décroche l'or sur 800 m

    En savoir plus

  • SPORT

    Athlétisme : grosse déception pour le Français Garfield Darien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)