Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d’Ivoire : L’appel "au dialogue" de Guillaume Soro

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Crise en Catalogne : les médias publics dans le viseur de Madrid

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Union Européenne : la montée des égoïsmes ? (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Corée du Nord : pour Séoul, "il est encore temps" de négocier

En savoir plus

FOCUS

Chili : la version officielle de la mort de Pablo Neruda scientifiquement contredite

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ayo, le Nigeria aux couleurs de "Paname"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

Amériques

Trump affirme que sa mise en garde envers Pyongyang n'était "peut-être pas assez dure"

© Nicholas Kamm, AFP | Donald Trump et le vice-président Mike Pence à Bedminster, dans le New Jersey, avant une réunion sur la sécurité nationale le 10 août 2017.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/08/2017

Donald Trump a déclaré jeudi que sa formule sur la Corée du Nord, qu'il avait menacée de "feu" et de "fureur", n'était "peut-être pas assez dure". Le ton ne cesse de monter entre les deux pays au sujet du développement nucléaire de Pyongyang.

Le président des États-Unis Donald Trump a défendu jeudi 10 août avec énergie sa formule controversée de mise en garde à la Corée du Nord, à qui il avait promis "le feu et la colère". Il a estimé que sa formule n'était "peut-être pas assez dure" avant de rencontrer ses principaux conseillers à la sécurité nationale.

Le ton ne cesse de monter depuis plusieurs jours entre les États-Unis et la Corée du Nord. Donald Trump avait prévenu la veille le régime communiste de Pyongyang, engagé dans un programme balistique et nucléaire, qu'il aurait à faire face "à un feu et à une fureur que le monde n'a encore jamais vus" s'il poursuivait ses menaces contre les États-Unis.

"Il est grand temps que quelqu'un parle haut et fort pour les habitants de notre pays et les habitants d'autres pays", a-t-il déclaré depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, où il passe des vacances.

Interrogé sur d'éventuelles frappes préventives visant la Corée du Nord pour contrer le développement de ses programmes nucléaire et balistique, le président américain s'est refusé à tout commentaire.

"Nous verrons ce qui se passera"

"Nous ne nous exprimons pas là-dessus. Je ne le fais jamais (...) Nous verrons ce qui se passera", a-t-il dit, mettant une nouvelle fois en garde le régime de Pyongyang.

"Si la Corée du Nord fait quoi que ce soit - ne serait-ce qu'en songeant à attaquer des gens que nous aimons, ou nos alliés, ou nous - ils devront vraiment s'inquiéter", a-t-il martelé. "Et ils devraient être très très inquiets car des choses qu'ils n'avaient jamais cru possible leur arriveront", a-t-il ajouté.

Le président américain a néanmoins déclaré que les États-Unis "envisageron(t) toujours les négociations". Il a jugé que la Chine pouvait faire davantage pour calmer la situation en intervenant auprès de la Corée du Nord, dont elle est le seul allié de taille sur la scène internationale.

Pyongyang a présenté jeudi son projet détaillé pour tirer une salve de quatre missiles au-dessus du Japon vers le territoire américain de Guam, dans le Pacifique.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 10/08/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Guam : quelle est cette île du Pacifique menacée par la Corée du Nord ?

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord précise ses menaces contre l'île américaine de Guam

    En savoir plus

  • FINANCE

    Crise nord-coréenne : les investisseurs se rassurent en achetant des francs suisses

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)