Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Saeb Erekat : "La solution à deux États a été détruite"

En savoir plus

MODE

Pitti Uomo, à Florence, le plus grand salon de mode masculine au monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Colin Firth : "Je ne travaillerai plus avec Woody Allen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Un an de Trump à la Maison Blanche : quel bilan économique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, un an après"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États généraux de la bioéthique : le coup d'envoi est lancé

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les autorisations de coupe de bois suspendues après la tuerie en Casamance

En savoir plus

POLITIQUE

Notre-Dame-des-Landes : une décision moins risquée pour l’exécutif ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Après un an de Trump, "le progrès social est en panne aux États-Unis"

En savoir plus

FRANCE

Militaires renversés à Levallois : "On est en train de vivre une évolution de la menace terroriste"

© France 24 | Chems Akrouf est spécialiste du renseignement et fondateur de RensForm.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/08/2017

Au lendemain de l'attaque à Levallois-Perret de six militaires par un homme de 36 ans, inconnu des services de renseignements, la menace terroriste semble de plus en plus venir d'individus isolés.

L'homme suspecté d'avoir blessé mercredi 9 août six militaires avec une voiture était inconnu des services de renseignement. Cet étranger résidant dans les Yvelines, en situation régulière, n'a jamais été condamné. La menace semble aujourd'hui venir essentiellement d'individus isolés.

Pour Chems Akrouf, spécialiste du renseignement, les services français sont ainsi en train de vivre "une évolution de la menace", qui devient "de faible intensité, avec de petits moyens", comme à Levallois-Perret, avec "des véhicules qui essayent de s'encastrer" contre des militaires, explique-t-il sur le plateau de France 24.

Selon cet expert, il s'agit d'actes de "mini-guérilla" pour lesquels, il n'y a "pas forcément de revendications immédiates". "C'est la grande difficulté pour les services, qui ont du mal à travailler sur ce type d'actions", estime Chems Akrouf.

Première publication : 10/08/2017

  • FRANCE

    Emmanuel Macron promet à l'armée les moyens de ses missions

    En savoir plus

  • ARMÉES

    Le chef d'état-major des Armées présent au défilé du 14-Juillet malgré la polémique

    En savoir plus

  • MALI

    Mali : plusieurs soldats français blessés dans une attaque de mortier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)