Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Le Mexique ne contribuera en aucune façon au financement du mur de Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tunisiens sont de plus en plus nombreux à s’immoler par le feu

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Etats-Unis : la neutralité sur le net c'est fini

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Statut de Jérusalem : l'onde de choc mondiale (partie 1)

En savoir plus

TECH 24

Fintech : les utilisateurs au pouvoir

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La tech peut-elle sauver la planète ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taro Kono, MAE du Japon : "Nous ne souhaitons pas le dialogue pour le dialogue" avec Pyongyang

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La ligne des Hirondelles : un train de légende à l'assaut du Jura

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"One Planet Summit" : la bataille est-elle perdue ?

En savoir plus

Amériques

Trump prévient Pyongyang que les armes américaines sont chargées

© Nicholas Kamm, AFP | Donald Trump, à Bedminster, dans le New Jersey, le 11 août 2017.

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/08/2017

Le président Donald Trump a rédigé vendredi un tweet dans lequel il assure que les armes américaines sont chargées et prêtes à être utilisées si Pyongyang se montre "imprudent". Tous les regards sont tournés vers l'île de Guam, dans le Pacifique.

Le conflit verbal entre Washington et Pyongyang ne semble pas près de cesser. Donald Trump a assuré vendredi 11 août sur Twitter que les armes américaines étaient prêtes à l'emploi, menaçant la Corée du Nord d’engager des "solutions militaires" si elle poursuivait ses provocations.

Le régime nord-coréen a de son côté accusé le président des États-Unis de conduire la péninsule coréenne au bord d'une guerre nucléaire.

Jeudi déjà, Donald Trump avait jugé que sa précédente mise en garde envers la Corée du Nord, à qui il avait promis deux jours plus tôt "le feu et la fureur" en cas d'agression, n'avait peut-être pas été "assez dure".

Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique : "Le président américain a une communication contre-productive qui fait le jeu de Pyongyang"

Son secrétaire à la Défense a ensuite atténué ces propos en affirmant que les États-Unis continuaient de privilégier une approche diplomatique face à la Corée du Nord. Une guerre serait "catastrophique", a dit James Mattis, tout en assurant que les États-Unis étaient "prêts" à riposter à tout acte hostile de Pyongyang, qui a présenté jeudi un plan détaillé de tirs de missiles vers Guam, un territoire américain du Pacifique.

Pékin et Moscou jouent les médiateurs

Malgré les condamnations internationales et des sanctions des Nations unies, la Corée du Nord a effectué cinq essais nucléaires depuis 2006, les derniers en 2016. La tension avec les États-Unis est brusquement montée depuis qu'elle a procédé en juillet à deux tirs d'essai de missiles balistiques intercontinentaux.

Face à cette escalade, la Chine et la Russie tentent d’intervenir pour apaiser la situation. Pékin a notamment fait comprendre qu'elle n'interviendrait pas pour soutenir la Corée du Nord si cette dernière prenait une initiative susceptible d'être considérée comme une agression par les États-Unis.

La Russie a quant à elle fait état d'un plan sino-russe de sortie de crise. Ce plan consisterait en un gel des essais de missiles de la Corée du Nord et en un arrêt des vastes manœuvres militaires conjointes des États-Unis et de la Corée du Sud.

Avec Reuters
 

Première publication : 11/08/2017

  • DIPLOMATIE

    Trump affirme que sa mise en garde envers Pyongyang n'était "peut-être pas assez dure"

    En savoir plus

  • FINANCE

    Crise nord-coréenne : les investisseurs se rassurent en achetant des francs suisses

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump promet "le feu" à la Corée du Nord, si elle poursuit ses menaces

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)