Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Bond : Daniel Craig rempile pour un dernier épisode

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump démantèle ses deux conseils économiques

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au défi des "revenants"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les présidents Trump et Macron font polémique, mais pas pour la même chose...

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle au Kenya : Raila Odinga va saisir la Cour suprême

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis : l'ambiguïté de Trump vis-à-vis de l'extrême droite

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

Nigeria: au moins 4 tués dans une attaque attribuée à Boko Haram

© AFP/Archives | Des policiers en patrouille à Maiduguri, dans l'Etat de Borno, le 5 juin 2013 au Nigeria

KANO (NIGERIA) (AFP) - 

Au moins quatre personnes ont été tuées ce week-end dans une attaque de combattants de Boko Haram contre un village près de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno (nord-est du Nigeria), a-t-on appris dimanche de sources locales.

Des hommes armés ont envahi le village d'Amarwa, à vingt km de Maiduguri, dans la nuit de samedi à dimanche, tirant au hasard sur les villageois, et mettant le feu à toutes les habitations, ont rapporté un chef coutumier et un membre des milices civiles.

"Les +terroristes+ de Boko Haram ont tué quatre personnes dans cette attaque", a raconté Ibrahim Liman, chef des milices civiles engagées dans le combat contre les jihadistes.

"Deux sont morts par des tirs, et deux ont succombé dans le feu de leur maison", a-t-il expliqué à l'AFP, ajoutant que de nombreuses personnes étaient également blessées.

Un chef coutumier local a confirmé le raid meurtrier qui s'est déroulé selon lui vers 23h00 (22h00 GMT) dans ce village du district de Konduga,.

"Pour l'instant, nous avons retrouvé quatre corps, dont deux tués par balle", a-t-il témoigné sous couvert de l'anonymat. "Nous avons perdu nos maisons et tout notre stock de nourriture dans les flammes".

En mai, des combattants de Boko Haram arrivés en moto avaient tué six agriculteurs dans leurs champs.

Le district de Konduga est l'un des épicentres des violences commises par le groupe jihadiste depuis que l'armée a forcé les combattants islamistes à décrocher de leur base de la forêt de Sambisa, en décembre dernier.

Il y a deux semaines, trois vendeurs de bois ont été décapités non loin de là, accusés par les combattants d'être des espions au service des forces de sécurité.

Le conflit de Boko Haram, particulièrement meurtrier dans la région du lac Tchad, a fait plus de 20.000 morts et 2,6 millions de déplacés depuis que le groupe extrémiste a pris les armes en 2009.

© 2017 AFP