Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le football américain défie Donald Trump genou à terre

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Les Tchadiens bientôt privés de sol américain

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Kurdistan irakien : les Kurdes en position de force ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Pologne : le gouvernement défie l'UE avec ses réformes de la justice

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand méchant zouk" rend hommage à Patrick Saint-Éloi

En savoir plus

Moyen-Orient

Yémen : plus d’un demi-million de cas de choléra en 4 mois

© AFP | Plus de 15 millions de Yéménites n'ont aucun accès aux soins de base.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/08/2017

L’Organisation mondiale de la santé a annoncé, lundi, que le nombre de cas de choléra cette année au Yémen avait dépassé le seuil des 500 000 personnes et que près de 2 000 morts ont été enregistrés depuis fin avril.

Près de 2 000 morts depuis avril et 5 000 nouveaux cas par jour. Malgré un ralentissement depuis début juillet du nombre de contaminations, le choléra continue de terrasser le Yémen, où plus d’un demi million de personnes ont été contaminées en quatre mois,  selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Il s’agit de la deuxième épidémie en un an.

>> À lire : À la guerre vient s'ajouter le drame du choléra au Yémen

"Le personnel de santé au Yémen travaille dans des conditions impossibles", a estimé le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué diffusé lundi 14 août. "Des milliers de personnes sont malades, mais il n'y a pas suffisamment d'hôpitaux, de médicaments, d'eau potable", a-t-il déploré, ajoutant que 30 000 médecins et infirmiers n'avaient pas été payés depuis près d'un an.

Des millions de Yéménites privés d’eau potable

Déchiré par la guerre depuis deux ans, le Yémen est divisé entre le gouvernement soutenu par une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite et les rebelles houthis, alliés à des unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh et accusées de liens avec l'Iran.

Le conflit, qui a déjà fait quelque 8 300 morts, complique sérieusement les livraisons de médicaments et l'arrivée de l'aide humanitaire internationale dans ce pays pauvre de 27 millions d’habitants. Des millions de Yéménites sont ainsi privés d'eau potable, ce qui facilite la propagation de l'épidémie.

 

“Besoin de paix pour se reconstruire”

Fortes pluies, eaux stagnantes et déchets débordants des bacs à ordures et perturbation de l’approvisionnement en eau potable sont autant de facteurs responsables de la reprise de l’épidémie cette année. Le choléra est une infection diarrhéique aiguë provoquée par l'ingestion d'aliments ou d'eau contaminés par le bacille Vibrio cholerae.

Selon l'agence de l'ONU, plus de 99 % des personnes atteintes peuvent survivre si elles ont accès aux services de santé. Or, plus de 15 millions de Yéménites n'ont aucun accès aux soins de base. Le directeur Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé les parties impliquées dans le conflit à chercher urgemment une solution politique. "Les Yéménites ne peuvent plus supporter cette situation plus longtemps. Ils ont besoin de paix pour reconstruire leur vie et leur pays", a-t-il martelé.

>> À lire sur Les Observateurs : Comment expliquer la guerre et le choléra aux enfants ?

Première publication : 14/08/2017

COMMENTAIRE(S)