Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Shell et Eni jugés pour corruption au Nigeria

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

Afrique

La peur dans les rues de Ouagadougou, frappée pour la seconde fois en 18 mois

© Ahmed Ouoba, AFP | Un gendarme près des lieux de l'attaque du restaurant Aziz Istanbul frappé dans la nuit de dimanche à lundi.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/08/2017

La capitale du Burkina Faso est toujours sous le choc, mardi, après l'attentat qui a fait 18 morts dans la nuit de dimanche à lundi et dont le mode opératoire rappelle une attaque jihadiste commise au même endroit en 2016.

Un deuil national de trois jours a débuté lundi 14 août au Burkina Faso, après l'attentat qui a fait 18 morts dans sa capitale Ouagadougou. En fin de journée lundi, le quartier de l'attaque était toujours bouclé par des gendarmes. Les vitres du café-restaurant étaient brisées et de nombreux impacts de balles étaient visibles sur la façade du bâtiment de deux étages. L'attaque, menée par des jihadistes présumés, a frappé le café-restaurant Aziz Istanbul, particulièrement fréquenté par des expatriés au moment de la retransmission de grands matchs de football.

Lors d'un point de presse, la procureure du Burkina Faso, Maïza Sérémé, a relevé des "similitudes dans le mode opératoire" avec l'attaque jihadiste du 15 janvier 2016. Un commando avait alors attaqué avec des armes automatiques le café Cappuccino, situé à 200 mètres du restaurant Aziz Istanbul, et plusieurs autres établissements, dont l'hôtel de luxe Splendid. Cet attentat, revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), avait fait 30 morts et 71 blessés, en majorité des étrangers.

Après l'attaque de la nuit de dimanche à lundi, le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a condamné un "attentat ignoble". "Le Burkina Faso se relèvera de cette épreuve car son vaillant peuple opposera une résistance sans concession au terrorisme", a déclaré le président. Son homologue français Emmanuel Macron a condamné cette "attaque terroriste". Les deux présidents sont convenus "de l'urgence de mettre en œuvre les décisions prises lors du sommet de Bamako du 2 juillet et d'accélérer la mise en place de la force du G5 Sahel".

Avec AFP

Première publication : 15/08/2017

  • BURKINA FASO

    Attaque de Ouagadougou : un "attentat ignoble", Paris "solidaire"

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Burkina Faso : "attaque terroriste" meurtrière dans un restaurant de Ouagadougou

    En savoir plus

  • BURKINA FASO

    Attentats de Ouagadougou : le point sur l’enquête

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)