Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye: "je ne suis pas à vendre"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Morgan Tsvangirai met en garde contre une extension du système Mugabe

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants esclaves en Libye : l'Europe coupable ?

En savoir plus

POLITIQUE

Emmanuel Macron face aux maires : Jacobin ou girondin?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Seal : "C’est un honneur pour moi de chanter des classiques du jazz"

En savoir plus

FOCUS

Pakistan : une ouverture au tourisme sans danger?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Poutine, maître du jeu en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le manque de 'culture financière' des Français"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La guerre contre les mutilations génitales

En savoir plus

Economie

En faillite, Air Berlin continue malgré tout ses activités

© Odd ANDERSEN / AFP | Des avions de la compagnie aérienne en difficulté Air Berlin.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/08/2017

Les avions de la compagnie aérienne allemande Air Berlin continuent de voler malgré le lancement, mardi, d'une procédure d'insolvabilité. Lufthansa et Easyjet pourraient faire des offres de reprise.

Alors que son actionnaire principal, Etihad, lui a tourné le dos, Air Berlin, proche de la faillite, poursuite ses opérations. La compagnie aérienne qui a lancé mardi 15 août, au plus fort de la période estivale, une procédure d’insolvabilité a pris l’Allemagne par surprise, même si ses difficultés chroniques alimentaient depuis longtemps les spéculations sur l'avenir de l'entreprise berlinoise.

La compagnie, endettée à hauteur de plus d'un milliard d'euros, a essuyé une perte inédite en 2016 (782 millions d'euros) et a multiplié ces derniers mois les retards et annulations de vols.

>> À lire sur France 24 : Salon du Bourget : l’avion du futur volera à l’électrique ou aux déchets domestiques

Air Berlin a expliqué dans un communiqué avoir pris cette décision après avoir appris qu'Etihad, son actionnaire principal, renonçait à la "soutenir financièrement". La compagnie se veut toutefois rassurante, affirmant que "le gouvernement, Lufthansa et d'autres partenaires soutiennent Air Berlin dans ses efforts de restructuration".

Les avions continueront donc à voler. Les plans de vols et les billets d'Air Berlin et sa filiale Niki restent valables, ainsi que les achats de billets, a indiqué le PDG Thomas Winkelmann dans une vidéo tweetée par la compagnie.

Le PDG d'Air Berlin confirme que ses avions vont continuer de voler

 

Trois mois de sursis grâce au gouvernement

Un sursis rendu possible par le gouvernement allemand qui a décidé d'octroyer à Air Berlin un prêt-relais de 150 millions d'euros. "Cela devrait être suffisant pour trois mois", a précisé la ministre allemande de l'Économie Brigitte Zypries, lors d'une conférence de presse.

Outre la Lufthansa, dont les négociations sont déjà bien avancées, Easyjet est aussi intéressée, selon une source proche du dossier, qui indique que la Britannique pourrait aussi reprendre une partie des activités d’Air Berlin. La compagnie aérienne a d’ailleurs gagné 3,2 % sur les marchés européens, mercredi.

Actionnaire à hauteur de 29,2 %, Etihad s'est visiblement lassé de devoir éponger les dettes d'Air Berlin. "En avril dernier, Etihad a fourni un financement supplémentaire de 250 millions d'euros à Air Berlin (...) Toutefois, l'activité d'Air Berlin s'est détériorée à un rythme jamais vu, l'empêchant de surmonter des défis importants et de mettre en oeuvre des solutions stratégiques alternatives", a expliqué dans un communiqué la compagnie basée à Abou Dhabi.

Air Berlin s'est donc vu contrainte de demander l'ouverture d'une procédure d'insolvabilité, sur laquelle devra statuer un tribunal, qui pourra nommer un administrateur judiciaire.

Ryanair contre-attaque

Mais en face, la concurrence ne compte pas rester les bras croisés. La compagnie à bas prix irlandaise Ryanair a dénoncé avec véhémence le soutien de Berlin à sa compagnie rivale et a annoncé, dans un communiqué, avoir déposé plainte devant la Commission européenne et l'office allemand des cartels "pour bloquer la reprise d'Air Berlin par Lufthansa".

Et de mettre en garde les consommateurs : "Les voyageurs en Allemagne devront subir des prix plus élevés en raison du monopole de Lufthansa".

Avec AFP

Première publication : 16/08/2017

  • AVIATION

    Crash aérien : Germanwings, le bras low cost de Lufthansa, fragilisé

    En savoir plus

  • Lufthansa : une grève historique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)