Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

COP 23 en Allemagne : une occasion manquée ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Liban : La France à la manoeuvre

En savoir plus

TECH 24

Quoi de neuf, e-docteur ?

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Taux directeur : le diapason système bancaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Afrique - Chine : le piège de la dépendance ?

En savoir plus

#ActuElles

Consentement sexuel des mineur(e)s : quel âge minimum ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La France, terre de vin et de tourisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Afrique, le continent des possibles ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Lieux saints partagés" : une exposition sur l'art de coexister

En savoir plus

Moyen-Orient

Au Liban, un violeur n'échappera plus à la justice en épousant sa victime

© Patrick Baz, AFP | "Une robe blanche n'efface pas le viol" a écrit sur une pancarte une militante de l'ONG Abaad favorable à l'abrogation de l'article 522.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/08/2017

Le Parlement libanais a abrogé, mercredi, l'article 522 du code pénal qui permettait à un violeur d'échapper à une condamnation s'il épousait sa victime. Une pratique qui se produisait surtout dans les zones rurales du pays.

"Il n'est plus possible d'échapper à une condamnation pour un viol et des actes sexuels imposés par la force". Au Liban, l'association Abaad a salué, mercredi 16 août, l'abrogation par le Parlement d'un article décrié du code pénal libanais permettant à un violeur d'échapper à une peine s'il épousait sa victime.

L'article 522 concernait différents crimes comme le viol, dont de mineurs, les agressions, les rapts et les mariages forcés. Il stipulait que si "un mariage valide est contracté entre l'auteur d'un de ces crimes et la victime, les poursuites cessent et si un verdict a déjà été prononcé son application est suspendue".

"Une victoire pour la dignité des femmes"

En février, sous la pression d'une campagne menée par la société civile, une commission parlementaire avait approuvé la suppression de cet article. Mais elle devait encore être entérinée par le Parlement pour entrer en vigueur. "Félicitations aux femmes du Liban. Le vote d'aujourd'hui est une victoire pour la dignité des femmes", a écrit Abaad sur sa page Facebook.

Il n'existe aucune statistique officielle sur le nombre de violeurs ayant échappé à des poursuites en épousant leur victime, mais selon les ONG, cette pratique se produisait surtout dans les zones rurales du pays. Outre le Liban, deux autres pays arabes – la Tunisie et la Jordanie – ont abrogé cet été des dispositions légales permettant à des violeurs d'échapper aux poursuites s'ils épousaient leur victimes.

Avec AFP

Première publication : 16/08/2017

  • TUNISIE

    La Tunisie se dote d'une loi historique contre "les violences faites aux femmes"

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Israël : des femmes vont pouvoir administrer des tribunaux rabbiniques

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Au Pakistan, un magazine taliban pour amener les femmes au jihad

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)