Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Péninsule coréenne : la diplomatie des Jeux olympiques fait "fondre la glace"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Aux États-Unis, l'ardoise fiscale s’alourdit pour Apple

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Sommet franco-britannique : la "diplomatie du tapis"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement abandonne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Éthiopie : Merera Goudina libéré de prison

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : le choix de la raison ? (Partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Notre-Dame-des-Landes : le choix de la raison ? (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Un an de présidence Trump : retour sur 365 jours de tweets

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Obiang : "La tentative de coup d'État en Guinée équatoriale a commencé en France"

En savoir plus

FRANCE

Les nouveaux statuts de La République en marche adoptés

© François Guillot, AFP | les militants de La République en Marche, le 8 juillet 2017, à Paris.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/08/2017

La République en marche a poursuivi sa mue en adoptant, jeudi, à une écrasante majorité, ses nouveaux statuts, en dépit de contestations sur le supposé manque de "démocratie" interne d'un scrutin marqué par une forte abstention.

Les nouveaux statuts de La République en marche ont été adoptés à 90,6 % des votants, a annoncé, jeudi 17 août, le parti d'Emmanuel Macron. Au total, seuls 72 066 adhérents sur les 224 640 qui réunissaient les conditions pour voter se sont exprimés lors de ce scrutin électronique, ouvert du 23 juillet au 16 août.

"Un peu plus d'un an après sa création et deux mois après les deux campagnes électorales victorieuses, La République en marche continue de construire les bases d'un mouvement politique nouveau dans le paysage politique français", s'est félicité le mouvement dans un communiqué. LREM a également officialisé sa direction collégiale transitoire, composée de l'ancien député Arnaud Leroy, de la sénatrice Bariza Khiari et d'Astrid Panosyan, membre fondatrice du mouvement.

Ces statuts, présentés le 16 juillet, créent notamment un "Conseil", sorte de parlement du parti, composé pour un quart de militants tirés au sort, et pour le reste de membres de droit, députés, sénateurs et élus locaux. Ce conseil élira à son tour un bureau exécutif d'une trentaine de membres dont dix de la société civile. Il élira également la direction du nouveau parti, pour l'instant formée d'un triumvirat en attendant que les nouvelles instances soient installées, "d'ici la fin de l'année" selon LREM.

La question des nouveaux statuts avait suscité le mécontentement de certains "marcheurs" qui se sont constitués en collectif. "La démocratie en marche" avait ainsi saisi la justice en référé pour protester contre le "défaut de transparence et de démocratie" qu'allaient selon eux instituer ces nouveaux statuts, sans obtenir gain de cause. Le TGI de Créteil avait cependant obligé LREM à proroger sa période de vote, initialement fixée à une semaine entre le 23 et le 30 juilllet.

Avec AFP

Première publication : 17/08/2017

  • POLITIQUE

    Premiers trébuchements au sein de la République en marche

    En savoir plus

  • POLITIQUE

    Richard Ferrand élu président du groupe La République en marche à l'Assemblée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Législatives françaises : La République en marche remporte la majorité absolue

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)