Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Le brio", Camelia Jordana sur la voie de l’éloquence

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les espoirs déçus des Tunisiens de Bir Ali, 7 ans après la révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une actrice indienne menacée de mort, à cause d'un rôle au cinéma"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Uber piraté massivement

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"TPIY, dernier acte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Émoticône hijab : la victoire de Rayouf Alhumedhi, lycéenne saoudienne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Zimbabwe : La fin de l'ère Mugabe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : scènes de liesse à Harare après la démission de Mugabe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hortefeux : "Si le président prend de bonnes initiatives pour les collectivités, nous le dirons"

En savoir plus

Amériques

Le maire de New York veut retirer une plaque en hommage au maréchal Pétain

© AFP | Le maréchal Philippe Pétain lors de son procès pour intelligence avec l'ennemi, le 15 août 1945.

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 18/08/2017

Les violences à Charlottesville ont ravivé les tensions autour des statues de soldats confédérés. À New York, le maire a décidé d'aller plus loin et a annoncé, mercredi, le retrait d'un autre "symbole de haine" : une plaque en l'honneur de Pétain.

Dans le quartier de Broadway, à New York, ils sont des milliers à la fouler du pied chaque jour sans y prêter vraiment attention. Au sol, juste quelques mots : "26 octobre 1931, Henri Philippe Pétain, maréchal de France". Mais les jours de cette plaque commémorative sont comptés.

La plaque en hommage à Philippe Pétain à New York

Quelques jours après les manifestations de suprémacistes blancs à Charlottesville, en Virginie, le maire de New York a décidé d’agir. Dans un premier tweet posté mercredi 16 août, Bill de Blasio a ainsi annoncé : "après les événements violents de Charlottesville, la ville de New York va étudier tous les symboles de haine présents sur son territoire", avant de préciser dans un second message : "la plaque commémorative en l’honneur du maréchal Pétain, collaborateur nazi, située sur la promenade du ‘Canyon of Heroes’, sera la première à être retirée".

Une plaque "inacceptable"

Cette promenade est le lieu traditionnel de parades célébrant sous les confettis des personnalités marquantes. En 1931, le maréchal Pétain, auréolé de ses succès lors de la Première Guerre mondiale, avait assisté à cet endroit-même à un défilé militaire. Une plaque en son honneur avait été posée à cette occasion. Neuf ans plus tard, le "sauveur de Verdun" choisira la voie de la collaboration en tant que responsable du régime de Vichy.

En mai dernier, le Jérusalem Post s’était déjà étonné de l’existence de cette plaque dans une rue de Broadway, rappelant que le maréchal avait participé à la déportation de milliers de juifs depuis la France. "L’idée qu’il soit présent sur le Canyon des Heroes est inacceptable", s’était ainsi indigné sur le site du quotidien le député new yorkais Dov Hikind. "Le fait qu’il ait été un héros durant la Première Guerre mondiale ne justifie pas qu’il ait son nom ici. Il est aujourd’hui honni en raison de sa participation à la Shoah".

Une vague de retraits de statues

A l'époque, la mairie de New York n’avait pas répondu à cet appel, contrairement à aujourd’hui. Bill de Blasio emboîte le mouvement à plusieurs villes américaines où de nombreuses statues historiques ont été retirées ces derniers jours, notamment dans le sud où il n'est pas rare de voir encore flotter des drapeaux confédérés, symbole des anciens États esclavagistes.

États-Unis : les violences de Charlottesville relancent la guerre des statues

Prenant le contre-pied de ce mouvement, le président Donald Trump a déploré le retrait de ces "belles statues". "Il est triste de voir l’histoire et la culture de notre pays être déchirées par le retrait de ces magnifiques statues et monuments. Vous ne pouvez pas changer l’histoire, mais vous pouvez apprendre d’elle".

Le tweet de Donald Trump sur le retrait des statues

La controverse autour de ces monuments avait été ravivée en juin 2015, après le meurtre de neuf Noirs dans une église de Caroline du Sud par un suprémaciste blanc qui aimait poser avec un drapeau confédéré. Selon un récent rapport du Southern Poverty Law Center (SPLC), spécialisé dans les mouvements extrémistes et les droits civiques, plus de 1 500 symboles confédérés sont encore visibles dans l'espace public aux États-Unis, la plupart dans le sud.

En ce qui concerne la France, la dernière rue au nom du maréchal Pétain a été débaptisée en avril 2013. Elle se trouvait à Belrain, une ville de la Meuse.

Première publication : 17/08/2017

  • ÉTATS-UNIS

    Trump dissout deux conseils économiques après une vague de démissions de PDG

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    “Des torts partagés” : Trump revient à la charge sur les responsabilités à Charlottesville

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Le drame de Charlottesville fait ressurgir les liens entre le père de Trump et le Ku Klux Klan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)